43e Congrès de la Société Herpétologique de France

Du 1er au 3 octobre 2015 au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse

Après la 41e édition organisée par Cistude Nature à Bordeaux et la 42e organisée par le CPIE Cotentin à Caen, l’association Nature Midi-Pyrénées en partenariat avec le Muséum d’Histoire naturelle de Toulouse organisera le 43e Congrès de la Société Herpétologique de France du 1er au 3 octobre 2015.

La biologie de la conservation ayant pour objectif central de préserver la capacité d’évolution du vivant, tout gestionnaire d’espace naturel se trouve finalement dans l’obligation de relever un défi aux allures de paradoxe, tellement les termes « conservation » et « évolution » paraissent a priori peu conciliables. Or, durant les dernières décennies, les nombreuses révolutions systématiques et taxinomiques induites par la généralisation de l’outil moléculaire en phylogénie, autant que les importants acquis de la génétique des populations, ont encore complexifié la situation : plusieurs sous-espèces se sont révélées être des espèces, certaines ont changé de genre et quelques-unes ont été nouvellement décrites, avec de nombreuses conséquences pratiques en termes de politique conservatoire (réévaluation du statut, du niveau de menace, du degré de responsabilité d’un territoire donné … et nécessité d’une actualisation des textes de loi, entre autres). En outre, au sein même d’une sous-espèce, toutes les populations n’évoluent évidemment pas de façon homogène et il y a, là aussi, une complexité à prendre en compte. Comment intégrer au mieux cette réalité-là, à l’échelle du site Natura 2000, de la Réserve Naturelle, du Parc National, du Parc Naturel Régional, de la commune, de la communauté de communes… pour mener des programmes de conservation efficaces et pertinents ? Comment, au sein d’un territoire sans cesse plus anthropisé, pouvons-nous réellement préserver la capacité d’évolution des Amphibiens et des Reptiles en utilisant au mieux les outils censés nous y aider ? (Trame Verte et Bleue…). C’est à ces questions-là que ce 43e Congrès de la Société Herpétologique de France tentera de répondre ou, tout du moins, d’apporter des éléments de réponse.