Les mammifères au service de la gestion des cours d’eau

LE PROJET

Etat des lieux

Les cours d’eau constituent un habitat primordial pour de nombreuses espèces (à minima au niveau de l’alimentation et du déplacement), d’où l’importance de leur préservation. De même, ils constituent le dénominateur commun de la plupart de nos activités. Or leur gestion répond généralement à l’objectif unique du simple entretien hydraulique, ce qui entraine une récurrence des problèmes : perte de biodiversité par absence de refuges/ perte de fonctionnalité du milieu. Lorsqu’elle existe, la prise en compte de la biodiversité s’effectue souvent à travers le prisme d’une seule espèce ou groupe d’espèces (faune piscicole, espèce patrimoniale…). C’est pourquoi il nous a semblé important de réfléchir sur un projet reposant sur plusieurs espèces / groupes d’espèces et sur l’ensemble du milieu. La construction de ce travail doit également être multi partenarial pour s’inscrire dans la pérennité. L’objectif idéal visé est de redonner de l’espace aux cours d’eau (cf. schéma ci-dessous), ce qui permettrait de préserver la qualité générale et la fonctionnalité de ce milieu, et d’assurer le maintien et la tranquillité de l’ensemble de la biodiversité.

Contenu du projet
Notre projet a pour but d’améliorer la gestion des cours d’eau au travers de la prise en compte d’un cortège de Mammifères. Il est initié sur 18 mois (2014/2015) afin d’évaluer l’opérationnalité de ses actions. Le cortège d’espèces sur lesquelles il s’appuie est composé du Campagnol amphibie (Arvicola sapidus), du Putois (Mustela putorius) et des Chiroptères. Ces espèces ont été choisies entre autres, pour leurs utilisations complémentaires des berges, à savoir le bord du cours d’eau pour le Campagnol amphibie (en zone refuge), le replat de la berge pour le Putois et la ripisylve pour les chauves-souris (Cf. Schéma ci-contre). Il s’agit exclusivement de Mammifères en raison de leur position en bout de chaîne trophique, offrant de ce fait une gestion globale de l’habitat.

Cinq secteurs d’étude ont été choisis dans cinq départements afin de cibler pour chacun une particularité :

  • l’Ariège : travail orienté sur la communication
  • la Haute-Garonne : travaux en cours permettant l’intégration directe de propositions au travers du syndicat de rivière
  • le Lot : travail orienté sur le piégeage
  • les Hautes-Pyrénées : travail s’appuyant sur une dynamique bénévole
  • le Tarn : situation neutre Enfin, ce projet est construit avec les acteurs du territoire. Pour ce faire, plusieurs réunions sont organisées dans chaque département pour 1/présenter le projet et recueillir les attentes locales afin de faire les premières orientations. Ensuite, une deuxième réunion permettra la restitution des inventaires réalisés et l’exposé des propositions de gestions. En fonction des secteurs, d’autres réunions de travail peuvent avoir lieu. En parallèle, ce projet repose également sur des actions de communication importantes faites avec les acteurs de terrains (formations, fiches techniques, affiche…).

Choix des sites d’étude

Dans chaque secteur, il est prévu de s’appuyer sur un tronçon de cours d’eau globalement détérioré présentant à minima :

  1. une portion totalement ouverte (photo 1),
  2. une portion fermée par la végétation (photo 2), Le but étant de visualiser directement les endroits favorables ou non aux espèces et de proposer des actions de remise en état.
JPEG - 187 ko
JPEG - 243.7 ko

Pour chacun de ces tronçons étudiés, la présence/absence des espèces sera mise en parallèle avec la gestion effectuée sur chaque portion du cours d’eau. A partir de là, nous travaillons sur des propositions de gestion afin de restaurer un équilibre dans le fonctionnement du cours d’eau.

Les espèces

Le Campagnol amphibie (Arvicola sapidus) est un rongeur d’une vingtaine de centimètres, inféodé aux zones humides. Il recherche un couvert végétal dense pour s’abriter et s’alimenter, de type tourbière ou marécage. En raison de l’assèchement des zones humides, il a trouvé refuge sur les berges enherbées ou les fossés. Il est donc potentiellement présent sur les portions de cours d’eau où la végétation herbacée est abondante, que ce soit très ouvert ou avec seulement quelques arbres.

Le Putois (Mustela putorius) est un carnivore d’une quarantaine de centimètres, caractéristique des habitats interconnectés avec des zones humides (bocage, ripisylve). Il fréquente divers habitats à la recherche de petits rongeurs, d’amphibiens et d’oiseaux. Il est potentiellement présent sur les portions de cours d’eau où la ripisylve est présente, diversifiée et connectée à d’autres éléments boisés (haies, bosquet…).

Les chauves-souris constituent un Ordre composé de 28 espèces en Midi-Pyrénées (34 en France). Toutes ces espèces ont des exigences écologiques différentes mais présente certaines similarités intéressantes pour ce projet :

  • environ la moitié peut gîter dans des cavités arboricoles,
  • environ la moitié peut utiliser les ripisylves comme terrain de chasse (1 espèce chasse au dessus des surfaces aquatiques),
  • toutes peuvent utiliser les ripisylves comme corridor de dispersion.

Plusieurs espèces peuvent donc être identifiées sur les portions de cours d’eau en action de chasse, en déplacement ou avec un gîte (arbre à cavité).

Les suivis

Les prospections sont pour des raisons de protocoles, prioritairement focalisées sur le Campagnol amphibie et les chauves-souris. Ces dernières seront inventoriées directement sur le site d’étude (écoutes des ultrasons) pour mettre en évidence leur utilisation du milieu en présence et absence de ripisylve.

Le Campagnol amphibie sera inventorié à plus large échelle (environ 30 tronçons autour du site d’étude), afin de connaître la répartition de l’espèce sur le réseau hydrographique concerné. Les inventaires sont basés pour cette espèce sur la recherche des indices de présence (fèces, restes alimentaires, coulées…)

Le Putois est recherché pendant les prospections du Campagnol amphibie (indices de présence) mais sa recherche sera également l’objet de pose de pièges photographiques sur la suite du projet. Fèces de Campagnol amphibie, crédit : Hélène Dupuy {JPEG} Ces inventaires ont pour objectif de fournir un jeu de données, permettant d’appuyer la réflexion de la gestion du site.

Les acteurs identifiés :

  • Syndicat Mixte de Gestion de la Rivière concernée
  • Mairies concernées (le cours faisant souvent office de limite administrative)
  • Association naturaliste locale
  • Propriétaires
  • Fédération de pêche et de protection du milieu aquatique
  • Fédération Départementale des Chasseurs
  • Association de piégeurs Agréés

Cette liste n’est pas exhaustive et tout acteur intéressé pour participer au projet peut y être associé.

Ce programme reçoit le soutien de :