2019, Première reproduction du Faucon pèlerin à Toulouse

Depuis plus de 20 ans, l’association Nature En Occitanie (anciennement Nature Midi-Pyrénées) coordonne le suivi des Faucons pèlerins fréquentant les points culminants de la ville rose. Ce suivi, effectué par des bénévoles, a permis de mettre en évidence la présence d’individus de passage, hivernants mais aussi sédentaires sur l’agglomération toulousaine et d’étudier leurs comportements. De 2 à 7 individus ont séjourné dans le centre-ville de Toulouse selon les périodes de l’année, avec la présence d’individus des deux sexes. Jusqu’en 2015, des interactions entre mâles et femelles ont pu être relevées par les observateurs bénévoles mais malheureusement sans cas de reproduction avéré. Les raisons de cette absence de reproduction ne peuvent être clairement établies mais il pourrait s’agir d’une absence de sites favorables.


En 2016, Installation de deux nichoirs

Dans le milieu urbain, la mise en place de nichoirs favorise la reproduction de l’espèce et augmente sa productivité. Elle peut également, en leur offrant des conditions favorables, inciter les individus présents à la reproduction. Inspirée par les aménagements mis en place par des villes comme Paris, Dunkerque ou encore Bourg-en-Bresse, et motivée par le succès de reproduction du couple voisin de la cathédrale Sainte-Cécile d’Albi, l’association a décidé d’installer 2 nichoirs sur des sites régulièrement fréquentés.

>> Grâce au soutien et à l’enthousiasme de la société gestionnaire d’un site industriel du sud toulousain, un premier nichoir est installé en septembre 2016 sur une cheminée de 80 mètres de haut en cours de rénovation (photo au dessus). Ce perchoir en bord de Garonne offre une vue bien dégagée sur le sud de Toulouse et le centre-ville à un couple de Faucon très probablement formé par le nouveau mâle et la femelle du centre-ville.

>> En novembre 2016, avec l’aide du Conseil Départemental de la Haute-Garonne, un second nichoir est posé sur un immeuble du quartier Saint-Cyprien. Ce site est régulièrement fréquenté lors d’hivernage et était le perchoir habituel d’une femelle baguée, observée de 2010 à début 2015, puis de la femelle actuelle. Grâce à la forte sensibilité naturaliste des partenaires rencontrés (Arianegroup et Conseil Départemental 31) et à la perspective de limiter les couteux investissements liés à la lutte contre les pigeons invasifs, le projet a été très bien accueilli et rapidement concrétisé.

En 2017 et 2018, le couple de Langlade a fréquenté le nichoir très régulièrement avec, d’après nos observations, très probablement ponte et couvaison de la femelle. Malheureusement, les deux fois il n’y a pas eu d’éclosion et de nourrissage de jeunes. En 2019, la météo a été plus favorable et le substrat composant le sol du nichoir remplacé. Notre couple a également probablement appris de ces échecs. Après les parades, les accouplements de janvier et février, la couvaison a débuté le 8 mars 2019, suivi d’un nourrissage de poussin(s) par la femelle un mois plus tard. Un, puis deux et enfin trois jeunes ont finalement été observés à la longue-vue le lundi de Pâques. Un œuf non éclos a également été vu. Si tout se passe bien, les trois jeunes devraient prendre leur envol mi-mai, fréquenter le sud toulousain cet été en compagnie de leurs parents avant de partir vivre leur vie de Faucons sous d’autres cieux.

Nous tenons à remercier tous les observateurs bénévoles impliqués dans le suivi et nos partenaires pour la fabrication et la pose des nichoirs.

Christophe Pasquier et Charlotte Bresson, ornithologues coordinateurs du suivi Faucon pèlerin sur Toulouse - Groupe ornothologique de Nature En Occitanie