Aigle botté

Hieraatus pennatus

Nom commun : Aigle botté
Nom latin : Hieraatus pennatus
Famille : Accipitridés
Période d’activité / d’observation : Mars à septembre
Statut réglementaire : Protégée sur tout le territoire national

Descriptif et particularités

JPEG - 55.9 ko

Ce petit aigle existe sous deux formes : la forme claire (voir photo) est la plus facile à reconnaître car la zone blanche du ventre et de l’avant de l’aile contraste nettement avec l’extrémité et l’arrière de l’aile lorsque l’oiseau est vu par dessous. La forme sombre est plus délicate à distinguer car ressemblant alors à un Milan noir. Le dessus est par contre semblable pour les deux formes : de larges bandes dorées traversent les ailes, nettement plus contrastées que chez le milan. Un croissant très clair souligne aussi le bas du dos.

  • Taille de l’oiseau : 42 - 51 cm
  • Envergure : 110 - 135 cm

Habitat et écologie

L’habitat type de l’Aigle botté est constitué de coteaux boisés de faible altitude (300 à 600 m) traversées par des vallées plus ou moins bocagère. Son régime alimentaire est très éclectique : petits mammifères, oiseaux, reptiles, insectes… qu’il capture au vol ou à l’affût.

Le nid d’une certaine importance, est construit le plus souvent dans un vieux chêne dans le tiers supérieur d’un coteau ou en crête. Les deux œufs sont pondus entre la mi-avril et la mi-mai couvés principalement par la femelle pendant 35 jours. Les jeunes quittent le nid environ 60 jours après l’éclosion.

Le départ en migration a lieu en septembre vers l’Afrique tropicale, les jeunes partant le plus souvent avant les parents.

Répartition en Midi-Pyrénées

Entre 380 et 650 couples en France sur une aire géographique restreinte. En Midi-Pyrénées, l’effectif connu est imprécis et certainement sous estimé du fait de la difficulté de prospection (commune à toutes les espèces forestières) et une relative méconnaissance de l’espèce dans notre région. Des inventaires systématiques sont en cours. Toutefois, l’effectif du piémont pyrénéen, bastion de l’espèce, semble stable.

Menaces

  • La coupe systématique des vieux arbres dans les habitats forestiers favorables à l’espèce.
  • La création de nouvelles pistes forestières sur les zones occupées par l’espèce.
  • L’électrocution sur les structures moyenne tension, cause de mortalité avérée.
  • La progression de la monoculture de résineux au détriment des feuillus.
Fiche rédigée par Sylvain Frémaux

Galerie...