Alyte accoucheur

Alytes obstetricans

  • Nom commun : Alyte accoucheur, crapaud accoucheur
  • Nom latin : Alytes obstetricans
  • Famille : Discoglossidae
  • Période d’activité / d’observation : mars à octobre
  • Statut réglementaire : Protégé au niveau national

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

Risque de confusion avec le Pélodyte ponctué.

JPEG - 65.5 ko

L’Alyte est un petit crapaud trapu, mesurant 4 cm adulte. Sa peau est lisse et porte des petits granules ou verrues qui peuvent former des lignes le long du dos. Il a une coloration grise, olive ou brunâtre avec des marques plus foncées verdâtres ou rouges-orangés. La pupille est verticale et l’iris a une couleur dorée, avec de petits vaisseaux noirs autour. Le museau est plus ou moins arrondi. Ce crapaud porte des disques au niveau des tympans qui sont bien visibles.

C’est le mâle qui s’occupe de la ponte qui, contrairement aux autres œufs d’amphibiens de nos régions, n’est pas déposée dans l’eau. Ainsi on peut voir ce crapaud trainer un amas d’œufs jaunâtres entre ses pattes arrières, au printemps ou en été (le nom de cette espèce fait référence à cette particularité). Dès que les larves sont prêtes à éclore, le crapaud se rapproche d’une pièce d’eau et va y tremper ses œufs. Les têtards sortent alors rapidement.

Habitat et écologie

Il affectionne les milieux plutôt ensoleillés. Il peut se reproduire dans des zones humides diverses (mares, flaques, ruisseaux, puits, lavoirs…). La journée il s’abrite dans des éboulis, des murs de pierres sèches, des tas de sable, des gravières,… Il survit souvent en milieux anthropiques, on peut facilement le rencontrer dans des jardins (par exemple sous des pots de fleurs).

Répartition en Midi-Pyrénées

L’Alyte accoucheur est présent au Portugal, en Espagne, France, Luxembourg, Belgique, Allemagne, Suisse et aux Pays bas.

Il est très largement distribué en Midi-Pyrénées. Il est fréquent dans les zones d’altitudes. Il a été observé jusqu’à 2200 m dans les Pyrénées et jusqu’à 1100 m dans le Massif central. Il vit dans une grande variété de milieux dans ces contrés (zones ouvertes ou forestières). Néanmoins, dans les zones de basses altitudes (inférieures à 250 m) et d’agriculture intensive, les observations sont plus rares et plus dispersées.

Menaces

Cet amphibien pourrait paraître moins en danger que certains crapauds liés à des milieux plus stables et ne s’adaptant pas aux nouveaux milieux anthropiques telles que les carrières et les gravières, mais ses faibles capacités de déplacement en font une espèce particulièrement sensible à la fragmentation des habitats. L’intensification agricole, le dérangement sur les sites de ponte, la destruction, la pollution et l’introduction de salmonidés dans les lacs sont les principales menaces encourues par cette espèce.

Fiche rédigée par Morgane Wauthier