Azuré du serpolet

Maculinea arion

  • Nom commun : Azuré du serpolet
  • Nom latin : Maculinea arion
  • Famille : Lycaenidae
  • Période d’activité / d’observation : fin mai à août (une seule génération)
  • Statut réglementaire : protégé au niveau national (arrêté ministériel du 23/04/07)

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

JPEG - 57 ko

Ce papillon fait partie de la grande famille des lycènes, que l’on surnomme souvent « petits bleus ». Il n’est donc pas toujours évident de le reconnaître au premier coup d’œil, surtout pour le non initié.

Il se distingue des autres espèces par sa taille ; il fait partie des grands azurés, avec une longueur d’aile approchant les 2 cm. Le revers des ailes est ponctué de taches noires assez grosses sur fond gris. Le dessus est bleu foncé et les ailes antérieures possèdent des taches noires allongées (que l’on retrouve également souvent sur le dessous).

Habitat et écologie

Ce papillon fréquente les milieux ouverts à semi-ouverts, surtout les versants chauds et bien exposés. Il peut s’agir de pelouses sèches, rases ou en cours d’embroussaillement, de lisières, de bois clairs ou de friches herbacées, souvent envahis par l’origan. Il peut atteindre une altitude de 2000 m.

La femelle pond ses œufs un à un, sur les boutons floraux d’origan (Origanum vulgare), plus rarement sur quelques espèces de thyms (Thymus spp.), tout du moins dans notre région.

Le cycle biologique de cette espèce (comme les autres du genre Maculinea) est très particulier. Les chenilles se nourrissent des fleurs de la plante-hôte, avant d’être recueillies par une espèce de fourmi spécifique (Myrmica sabuleti) au moment du dernier stade larvaire. Cette espèce hiverne donc au stade de chenille, dans une fourmilière. Elle va s’y nourrir de larves, pendant que les fourmis se délectent de ses sécrétions sucrées.

La nymphose (passage au stade de chrysalide) se fait à l’intérieur de la fourmilière.

Répartition en Midi-Pyrénées

L’azuré du serpolet n’est ni rare ni commun dans notre région ; il peut être abondant par endroit mais demeure localisé. Il est en régression marquée au niveau national et fait l’objet actuellement d’un plan national d’actions pour sa préservation.

Menaces

Ce papillon ne semble pas directement menacé dans la région, mais il pourrait localement subir les effets d’une déprise agricole importante, à savoir la fermeture de ces milieux de prédilection. Son cycle biologique original fait qu’il est plus vulnérable que d’autres espèces moins spécialisées. En effet, la présence simultanée de la plante-hôte et d’une espèce particulière de fourmi rouge lui est nécessaire.

Fiche rédigée par Mathieu Menand

Galerie...