Balade autour de Lauzerte

A la découverte du Quercy Blanc et du Pays de Serres, où l’on retrouve des zones de végétation méditerranéenne sur les coteaux calcaires, avec notamment une grande richesse en orchidées qui illuminent et colorent les différents milieux traversés, surtout lors du joli mois de mai. A la richesse écologique s’ajoute un patrimoine historique remarquable, tant avec le village médiéval de Lauzerte qu’avec la superbe bâtisse du Chartron (ancien prieuré) et son magnifique pigeonnier, si typique en Tarn-et-Garonne.

Tarn-et-Garonne • 10 km • 5 à 6 h • Facile / En partie balisé

Situation : Montauban à 38 km, Agen à 69 km

Parking : Dans le haut de Lauzerte, côté nord

A voir : la partie médiévale de Lauzerte, le point de vue

Dénivelé : 120 mètres

Accès

De Toulouse, prendre l’autoroute A62 jusqu’à la sortie Castelsarrasin / Moissac. Prendre la direction Moissac, puis traverser la ville en direction de Montauban. A la sortie de Moissac prendre la D957, Lauzerte est ensuite indiqué.

Parcours

  • (1) Descendre dans le village vers le sud-est. Passer devant l’église, la longer par la gauche et prendre le chemin qui descend sur la droite 20 mètres plus loin. Traverser la D953 et emprunter la D34. Après avoir passé le Lendou, (2) prendre le chemin à droite, puis longer le bois jusqu’au ruisseau et suivre la bande enherbée jusqu’aux 1ères maisons.
  • (3) Rejoindre la D34 par un chemin entre les maisons. Prendre à droite vers Germa, puis suivre le chemin qui monte dans les bois. Arrivé à la route (D81) (4), en haut de la colline, la suivre vers la droite jusqu’au Chartron. Après avoir admiré la bâtisse et le pigeonnier qui lui fait face, revenir sur ses pas pendant quelques dizaines de mètres et suivre le chemin qui descend sur la droite (5).
  • Au fond du vallon, visiter la Chapelle Saint-Sernin. Prendre le chemin carrossable, puis de suite à droite et quelques mètres plus loin, à gauche, le chemin en lisière (6). Rester dans le fond du vallon. Longer par la gauche un premier étang, puis un second et le contourner totalement jusqu’à rejoindre le premier (7).
JPEG - 165 ko
Le Chartron
  • Remonter le long du bois puis suivre le chemin sur la droite (qui semble utilisé pour le motocross), mais ne pas descendre. Marcher en lisière (en gardant le bois à droite) et pénétrer dans ce bois sans passer devant les ruches (8) (qui restent sur votre gauche).
  • Arrivé à une ruine (9), remonter sur la gauche par un petit sentier jusqu’à un chemin plus large et bien entretenu. Le suivre vers la droite jusqu’à une grande prairie sèche (10). La traverser en diagonale pour rejoindre le GR65 qui ramène à Lauzerte.
  • Prendre la D953 vers la gauche, puis 100 mètres plus loin, à droite vers Lauzerte. Suivre ensuite le GR65 (11) jusqu’en bas du village. Longer le cimetière et monter sur la droite, vers le haut du village.

Conseil - Bien se chausser et par temps chaud n’oubliez pas chapeau, eau et pique-nique. Bien suivre les indications, car par endroit, le parcours est sinueux.).

JPEG - 241.8 ko
Parcours Lauzerte
(Extrait de carte n°1940E © IGN Paris 2008 - Autorisation n°2200816)

Ce qu’on peut observer…

  • (A) Dans le village, l’Hirondelle de fenêtre est bien représentée et ses nids sont assez fréquents sous les avant-toits orientés au sud. Le Martinet noir anime également le village de ses rondes effrénées et bruyantes à la belle saison. La nuit, c’est le Petit-duc scops qui prend le relais avec son chant familier (un tiou bref et répété) et qui ressemble tant à celui du Crapaud accoucheur.
  • (B) Près du champ, les traces de mammifères sont aisément observables : sanglier, chevreuil, renard, blaireau… La Reine des prés profite de l’humidité du ruisseau tandis que l’Alouette lulu lance son chant decrescendo avec entrain.
  • © Dans la montée, on remarque la feuille trilobée particulière de l’Erable de Montpellier. Cette espèce méditerranéenne trouve là les conditions d’ensoleillement et le sol calcaire qu’elle affectionne et résiste bien à la sécheresse et au froid.
  • (D) Autour du Chartron, sur les bords de route, la mise en place de nouvelles techniques de gestion (fauchage tardif et entretien des talus et des arbustes à l’automne) a permis à de nombreuses espèces de boucler leur cycle de reproduction avant d’être coupées : les orchidées y sont ainsi très nombreuses.
JPEG - 142.1 ko
Orchidées
  • (E) Ce chemin est bordé de nombreuses fleurs : pervenches et violettes à la fi n de l’hiver, orchidées au printemps, mais aussi le fameux Grémil pourpre-violet au dégradé de couleurs somptueux.
  • (F) Les bois abritent quelques espèces d’orchidées ombrophiles telles que la Céphalantère rouge et la Dactylorizha élevée. Le Fragon petit-houx colore les bois de ses jolies baies rouge vif tandis que de nombreux buis semblent conserver une certaine fraîcheur aux sous-bois, même lors des journées les plus chaudes. Les blaireaux, représentants de la famille des plantigrades comme les ours, apprécient particulièrement ce site car la terre y est assez meuble, ce qui leur a permis de creuser de très nombreux terriers, juste en contrebas du sentier.
  • (G) La grande prairie sèche est parsemée d’orchidées : les Ophrys jaune et mouche, la Platanthère verdâtre, entre autres, etc. La Stéhéline douteuse parsème de ses touffes ce milieu rocailleux et attire une foule d’insectes.

Milieux traversés

bois, étangs, prairies sèches à orchidées

Oiseaux

Coucou gris, Pic vert, Pic épeiche, Tourterelle des bois, Alouette lulu, Circaète Jean- Le-Blanc, Grive musicienne, Rossignol Philomèle, Petit duc scops, Chevêche d’Athéna…

Plantes

Catananche bleue, Stype pennée, Grémil pourpre-violet, et bien sûr de très nombreuses orchidées

Reptiles et amphibiens

Couleuvre verte et jaune, Grenouille verte

Mammifères

Superbe village de Blaireaux en contrebas du chemin dans la zone à Buis