Bihoreau gris

Nycticorax nycticorax

Nom commun : Bihoreau gris
Nom latin : Nycticorax nycticorax
Famille : Ardéidés
Période de présence en Midi-Pyrénées : Mars à septembre
Statut réglementaire : Protégé au niveau national

Descriptif et particularités

Petit héron trapu à bec court et aux yeux rouges. Le dos est foncé avec le dessous du corps blanc. Le jeune bihoreau est brun beige ponctué de petites taches blanches.

Taille de l’oiseau : 58 – 65 cm Envergure : 90 – 100 cm

Migrateur partiel

JPEG - 102.5 ko
Bihoreau gris (1)
(Nycticorax nycticorax)
JPEG - 109.6 ko
Bihoreau gris (2)
(Nycticorax nycticorax)
JPEG - 173.3 ko
Bihoreau gris (3)
(Nycticorax nycticorax)

Habitat et écologie

Les cours d’eau et bras morts bordés d’une ripisylve à la végétation dense constituent son habitat. Son régime alimentaire est composé essentiellement de poissons et de batraciens, que l’espèce chasse au crépuscule ou la nuit.

Les nids sont situés dans les arbres, souvent avec d’autres espèces de hérons (Aigrette garzette, Héron garde-bœufs…), toujours proche de zones humides (cours d’eau ou plan d’eau). La ponte a lieu quelques jours après l’accouplement, en général une seule fois par an : trois à huit œufs couvés alternativement par le couple durant 22 à 25 jours. Trois semaines après l’éclosion, les jeunes quittent le nid mais ne s’en éloignent guère, se cachant dans la couronne des arbres quand ils se sentent menacés. A l’âge de 6-7 semaines, ils volent déjà très bien et commencent à délimiter leur territoire et à le défendre.

Petit héron à la silhouette compacte, il est souvent observable au vol lors de ses trajets entre les dortoirs et les zones d’alimentation.

Espèce migratrice, le bihoreau possède toutefois des populations hivernantes en Midi-Pyrénées.

Répartition et effectifs en Midi-Pyrénées

Avec plus de 4000 couples, la France possède moins de 10 % de l’effectif nicheur européen. En Midi-Pyrénées, les effectifs sont apparemment en baisse. Toutefois, à cause de dérangements divers, certains noyaux de population ont éclaté en plusieurs petites colonies, rendant la localisation de celles-ci difficile. L’espèce affectionne les bois riverains ou les bords d’étangs et partage souvent la héronnière avec d’autres espèces de hérons (Héron cendré, pourpré, garde-bœuf…).

Menaces

  • La disparition progressive des habitats favorables est la principale menace pour l’espèce.
  • De nombreux sites de reproduction sont fortement gênés par les dérangements humains.
Fiche rédigée par Sylvain Frémaux