Bilan des colonies d’ardéidés du couloir garonnais (Occitanie)

Un 11e recensement national des colonies d’Ardéidés a été initié en 2020 par Loïc Marion (Coordinateur national) et a pour objectif de comparer les tendances nationales des effectifs reproducteurs des aigrettes et hérons coloniaux aux recensement précédents (2014…). Dans ce contexte, Nature En Occitanie a été désignée comme référent pour deux départements, la Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées. La Garonne, l’Adour et le Tarn représentent les principaux couloirs de nidification des ardéidés en ex-Midi-Pyrénées. Cet article présente les résultats de suivis des colonies du couloir garonnais au sens large et analyse les tendances des espèces à court (2016-2020/21) et moyen terme (2007-2020/21).

La tranquillité des oiseaux étant une priorité, tous les dénombrements ont été réalisés à distance, soit par comptage direct (jumelles et longues vues), soit par prise de photos en drone et analyse d’images sur l’ordinateur. Un important effort de prospection (terrain et base de données) de nouveaux sites a également été réalisé.

La zone d’étude du couloir garonnais s’étend de Saint-Laurent-de-Neste dans les Hautes-Pyrénées à proximité de la Neste (affluent de la Garonne) jusqu’à Merles dans le Tarn et Garonne :

  • 21 colonies ont été suivies lors des saisons de reproduction de 2020 et 2021 par une 15aine d’observateurs ;
  • 1/3 des sites sont situés sur la ripisylve de la Garonne. Seulement 13 font l’objet d’une réglementation particulière (Natura 2000 et/ou APPB) ;
  • 6 nouvelles colonies entre 2020 et 2021.

On retrouve 6 espèces d’ardéidés nicheuses sur le couloir garonnais : le Héron cendré, le Héron pourpré, le Héron garde-bœufs, l’Aigrette garzette, le Bihoreau gris et le Crabier chevelu, réparties en colonies monospécifiques et plurispécifiques. Les colonies monospécifiques se composent exclusivement de Héron cendré, mis à part un unique site à Grisolles (82) où seul niche le Héron pourpré. Les colonies monospécifiques de Héron cendré représentent plus de 50% des sites étudiés.

Au total, 22 couples d’Aigrettes garzettes, 86 couples de Bihoreaux gris, 327 couples de Héron cendré, 700 couples de Héron garde-bœufs, 20 couples de Héron pourpré et 1 couple de Crabier chevelu ont été recensés sur l’ensemble de ce territoire.

Au sein du couloir garonnais le Crabier chevelu est régulièrement observé au printemps et en fin d’été mais n’est pas nicheur (ou passant largement inaperçu). La découverte d’un couple reproducteur, sur Castelnau-d’Estrétefonds et sur Castelsarrasin, représente cette année, au vu de l’historique de l’espèce, une belle découverte.

Depuis 2007, la tendance d’évolution des populations d’Ardéidés est particulièrement inquiétante (malgré un nombre de sites prospectés qui a presque doublé), en particulier pour trois espèces : l’Aigrette garzette, le Bihoreau gris et le Héron pourpré qui voient leurs effectifs diminuer de plus de 65% sur la période. Le Héron garde-bœuf semble régresser depuis 2007, même si une hausse des effectifs est perçue sur les 5 dernières années. Cette augmentation est due, tout particulièrement, à la prise en compte de certains sites, non comptabilisés lors des recensements précédents. L’augmentation du nombre de sites étudiés montre une hausse des effectifs nicheurs de Héron cendré sur le couloir garonnais. Cette hausse est en partie due au nombre de sites suivis qui a augmenté. Mais le recensement national nous permettra d’étudier si cette hausse est également observée plus globalement en France.

Les sites en ripisylve sont particulièrement touchés par la diminution de leurs effectifs (4 sites sur 7). Les hérons, au sommet de la chaîne trophique, nous renseignent sur l’état de santé écologique des milieux aquatiques. Historiquement connus principalement au sein des ripisylves de la Garonne, les hérons se reportent, de plus en plus aujourd’hui, au sein des retenues et des gravières. Ces sites façonnés par l’homme semblent présenter des caractéristiques favorables à ces espèces, à savoir la proximité avec un site d’alimentation, de la tranquillité et un isolement vis-à-vis des prédateurs. Ce qui paraît, aujourd’hui, être moins le cas des boisements en berges de Garonne.

En effet, la Garonne subit depuis de nombreuses années une exploitation toujours grandissante comme sa fréquentation, ce qui entraîne une faible régénération naturelle de sa ripisylve et un appauvrissement de la mosaïque de ses habitats naturels proches. Les îlots de quiétude alors occupés par les Ardéidés, deviennent de plus en plus rares.

Le couloir garonnais est le bastion historique des populations d’ardéidés en Midi-Pyrénées. En effet, il abritait en 2007, 60% des effectifs nicheurs régionaux de l’Aigrette garzette, 45% de ceux du Bihoreau gris, 20% de ceux du Héron cendré, 35% de ceux du Héron garde-bœufs et 70% de ceux du Héron pourpré. La chute massive des effectifs d’ardéidés sur la zone représente donc un danger important pour ces espèces au niveau midi-pyrénéen.

Cette étude permet d’avoir une mise à jour de l’état des lieux de toutes les colonies d’Ardéidés du couloir garonnais. Au vu de la dégradation constatée des effectifs et du nombre important de sites sans statut réglementaire la nécessité de mieux protéger ces espèces et leur milieu se fait particulièrement ressentir. En plus d’une sensibilisation des usagers et des collectivités, une veille régulière des colonies paraît également importante afin d’identifier au mieux l’évolution de ces espèces au sein de nos territoires anthropisés. De plus, une gestion plus écologique de la Garonne et des milieux associés paraît aujourd’hui indispensable pour toutes ces espèces.

Le suivi de ces colonies d’Ardéidés continuera en 2022, n’hésitez pas, si cela vous intéresse, à vous rapprocher du groupe ornithologique de l’association. En 2022-2023, NEO travaillera à proposer la mise en place de dispositifs de protection, auprès des services de l’État, sur les sites non protégés (APPB, ORE…) et des mesures de gestions favorables aux espèces et leurs habitats (Natura 2000, convention de gestion …).

Documents ressources :