Bourrache

Borago officinalis

Nom commun : Bourrache
Nom latin : Borago officinalis
Famille : Boraginacées
Période d’activité / d’observation : avril-septembre
Statut réglementaire : aucun

Descriptif et particularités

Cette plante se remarque par la beauté de ses fleurs, d’un bleu céleste, avec ses pétales en étoile et ses anthères et étamines les unes contre les autres, formant un cône saillant caractéristique au centre de la fleur. C’est une plante annuelle de 20 à 70 cm, hérissée de poils raides légèrement piquants. La tige est épaisse, charnue et poilue comme toute la plante. Les feuilles sont alternes, ridées, à bord ondulé plus ou moins denté et rétrécies en pétiole. Les fleurs sont bleues, penchées, et portées par un long pédoncule velu, avec une corolle bleu azur à 5 lobes ovales-aigus, soudés à la base, étalés-réfléchis. Les fruits sont composés de 4 akènes bruns ou noirâtres logés au fond du calice.

JPEG - 122.5 ko
Bourrache
(Borago officinalis)
JPEG - 186 ko

On ne trouve pas de citations de cette plante dans les textes de l’Antiquité. Alors certains historiens disent que cette plante nous est venue d’Afrique au Moyen Âge. Alors que certains ont pensé que son nom dérivait de l’arabe « abu araq » : « père de la sueur », car la plante possède des propriétés sudorifiques, d’autres pensent que son nom vient du latin « borago », tiré de « burra » : étoffe grossière à longs poils, car cette plante est couverte de poils comme la majorité des Boraginacées.

Habitat et répartition

Bord des chemins, terrains incultes, jardins abandonnés. Présent un peu partout dans la région, de la plaine jusqu’à 1800 m, souvent à proximité des jardins et des villages.

Menaces

Aucune menace sur cette espèce n’est actuellement à signaler

Utilisations

Les fleurs ont un goût qui fait penser à l’huître. Les jeunes feuilles sont consommées en salade que l’on peut décorer avec les fleurs. Les feuilles plus âgées sont consommées en légume dans certains pays, l’Allemagne en particulier. Cette plante est dépurative, adoucissante et expectorante, grâce à son mucilage. En Corse et dans le Midi, on utilisait ces propriétés en faisant une infusion de fleurs. L’huile, extraite des graines, est utilisée pour les problèmes de peau.

Sources

« Ces précieuses plantes de Méditerranée » par Yvan Avramov chez Edisud « Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques » par F. Couplan chez Delachaux et Niestlé « Secret et vertus des plantes médicinales » Sélection du Reader’s Digest « La Bourrache, une étoile au jardin » de Bernard Bertrand aux Editions de Terran « Flora Helvetica » de Konrad Lauber et Gerhart Wagner chez Belin

Fiche rédigée par Bernard Escaut