Cerf élaphe

Cervus elaphus

Nom commun : Cerf élaphe
Nom latin : Cervus elaphus (Linnée, 1758)
Famille : Cervidés – ordre des Artiodactyles
Période d’activité / d’observation : toute l’année, particulièrement à l’automne (brame).
Statut réglementaire : en préoccupation mineure (LC) au niveau national.
  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Cartographie

Descriptif et particularités

Il atteint environ 1,20 m au garrot pour un poids entre 60 et 200 kg. Il peut perdre jusqu’à 20 % de son poids durant les périodes de brame. Son pelage est en été rouge sombre et brun-gris en hiver avec un miroir jaunâtre sur les fesses. La ramure (les bois) du mâle, qui tombe à la fin de l’hiver, peut mesurer jusqu’à 1,80 m, les velours seront visibles en mars mais la repousse ne sera complète qu’au bout de 100 jours. Chez les mâles, les bois commencent à pousser à partir du 9ᵉ mois. Les mâles rejoignent les femelles durant le rut (du 15 septembre au 15 octobre), période où ils vocalisent pour attirer les biches et défier les concurrents, c’est le brame du cerf. Le petit s’appelle le faon, il est brun clair tacheté de blanc. De 6 mois à un an, on l’appelle hère si c’est un mâle ou bichette si c’est une femelle. De 1 an et jusqu’à ses 2 ans, le mâle sera appelé daguet. Un seul faon naîtra en mai-juin et restera 2 ans dans la harde, cellule matriarcale composée des mères, de leurs faons et des jeunes de moins de 2 ans.

En plus de crottes et des empreintes de pas, on peut déduire sa présence sur un territoire en observant les troncs d’arbres, à hauteur d’Homme. En effet, en plus d’uriner, les mâles grattent leurs bois sur les troncs pour délimiter leur territoire.

Habitat et écologie

Présent dans les grands massifs boisés mais aussi dans les zones ouvertes, ils se nourrissent de plantes herbacées, de feuilles, de fruits en automne et d’écorce en hiver.

Répartition en Midi-Pyrénées

Une grande partie des massifs forestiers abritant le cerf se distribue dans le Piémont et la montagne Pyrénéenne ainsi que dans le massif de la Grésigne. On observe une dispersion dans plusieurs départements (Gers, Condom, Béarn, Astarac). Le Gers est le seul département de la région ne disposant pas de population pérenne, sans doute en raison du faible taux de boisement.

Menaces

La ségrégation spatiale imposée par certains acteurs locaux complexifie la gestion de l’espèce, car les domaines vitaux lors du rut peuvent être éloignés des zones traditionnelles de cette période cruciale. Il existe un risque d’hybridation avec le Cerf sika ce qui pourrait provoquer une domination d’une espèce sur l’autre.

Fiche rédigée par Christel Bouyssou et Aymeric - Novembre 2018

Cartographie