Cigogne blanche

Nom commun : Cigogne blanche
Nom latin : Ciconia ciconia
Famille : Ciconiidés
Période d’activité / d’observation : De février à septembre
Statut réglementaire : Espèce protégée

Descriptif et particularités

La Cigogne blanche peut mesurer jusqu’à 1,30 mètre de hauteur, pour un poids compris entre 2,7 et 4 kg (moyenne de 3,5 kg). Elle a une envergure de 1,80 mètre, voire 2 mètres. Le plumage est entièrement blanc, à l’exception des grandes plumes des ailes (les rémiges) qui sont noires. Pour communiquer, la cigogne claquette (ou craquette) du bec.

La Cigogne blanche est souvent représentée portant des bébés dans les légendes germaniques. Grâce à ce symbole, les gens encourageaient les oiseaux à nidifier sur les toits de leurs maisons, apportant ainsi fertilité et prospérité aux propriétaires. En Chine, elle est le symbole de la fertilité.

JPEG - 105 ko
Cigogne blanche
(Ciconia ciconia)
JPEG - 43.9 ko
JPEG - 86.7 ko

Habitat et écologie

La cigogne blanche aime la compagnie de l’homme : elle est anthropophile. Peu farouche, elle niche le plus souvent dans ou près des villages à proximité de son aire de chasse.

Arrivée des oiseaux : Fin février ou mars Ponte : Mars/avril Taille de ponte : 4 œufs le plus souvent Incubation : 4 semaines et demi (32 jours) – à partir du 2ème œuf (intervalle de ponte : 2 (3) jours) Eclosion : Sur une dizaine de jours Séjour au nid : 54 à 68 jours (9 semaines environ) Pendant les 3 premières semaines : Garde constante des parents sur les jeunes A six semaines : Apparition des plumes noires des ailes A sept semaines : Le jeune se tient debout sur le nid 9 ou 10ème semaine : Premier vol (fin juin)

Répartition en Midi-Pyrénées

En Midi-Pyrénées, on dénombre, en 2009, seulement une petite dizaine de couples nicheurs de cigognes blanches, localisés principalement dans le sud de la Haute-Garonne, mais aussi dans les Hautes-Pyrénées et en Ariège.

Menaces

Grand oiseau migrateur, la cigogne a connu un déclin dramatique au 20ème siècle, voyant ses lieux de vie et de reproduction se dégrader (zones de pâturage et de fauche émaillées d’arbres hauts pour la nidification), ce qui est toujours le cas. Les collisions avec les lignes électriques et l’électrocution ont également causé et peuvent toujours causer des dégâts importants pour cette espèce.

Fiche rédigée par Sylvain Frémaux