Clématite blanche

Nom commun : Clématite blanche
Nom latin : Clematis vitalba
Famille : Renonculacées
Période d’activité / d’observation : juillet - août
Statut réglementaire : aucun

Descriptif et particularités

La clématite blanche est une des lianes de notre flore. Cette plante grimpante utilise comme « technique d’escalade » l’enroulement avec le pétiole de ses feuilles. Ses tiges peuvent atteindre 30 mètres de long et la grosseur d’un bras. Aussi lorsqu’elles partent à la conquête d’un arbre, elles peuvent interrompre sa croissance. On la reconnaît facilement l’hiver avec ses nombreuses boules cotonneuses. Les feuilles sont vertes, opposées, pennées avec 3 à 9 folioles ovales, pointues, un peu en cœur à la base et crénelées-dentées. Les fleurs sont petites, blanches, sans pétales, avec 4 sépales poilus sur les 2 faces et de nombreuses étamines. Elles sont groupées en panicules à l’aisselle des feuilles. Les fruits sont des akènes possédant un style plumeux qui s’allonge démesurément et donne à la plante cette allure de masse cotonneuse.

JPEG - 143 ko
Clématite blanche
(Clematis vitalba)
JPEG - 153.1 ko

On l’appelle aussi « Herbe aux gueux » et « Vigne blanche » Les feuilles de clématite fraîche, écrasées et appliquées sur la peau provoquent des plaies plus ou moins profondes. Les mendiants se frottaient ainsi les mains et le visage avec l’espoir que ces plaies attirent la générosité des passants. D’où son nom « Herbe aux gueux ».

Habitat

On la trouve surtout dans les bois, les haies, les taillis. Présent partout dans la région, de la plaine jusqu’à 1500 m.

Menaces

Aucune menace sur cette espèce n’est actuellement à signaler

Utilisations

Bien que cette plante soit toxique adulte, dans certaines régions (au pied du mont Ventoux ou à Béziers), on consomme les jeunes pousses, en salade ou en omelette, après blanchiment à l’eau bouillante. La phytothérapie moderne ignore cette plante qu’on a utilisé jadis. Elle est, par contre, utilisée en homéopathie comme beaucoup de végétaux toxiques. Les tiges de la clématite sont très souples, souvent utilisées en vannerie campagnarde : paniers, corbeilles, ruches… On en a même fait des cordes à linge et des cercles pour maintenir les fonds de casquette.

Sources

« Le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux » de Pierre Lieutaghi chez Actes Sud « Plantes sauvages comestibles et toxiques » de F. Couplan chez Delacchaux et Niestlé

Fiche rédigée par Bernard Escaut