Coccinelle asiatique

Harmonia axyridis

Nom commun : la coccinelle asiatique
Nom latin : Harmonia axyridis ( Pallas 1773)
Famille : Coccinellinae
Tribu : Coccinellini
Période d’activité / d’observation : janvier à décembre

Descriptif et particularités

Cette grande coccinelle invasive importée de Chine mesure généralement entre 4 et 8,2 mm de longueur (Ottart, 2005). Elle présente une très grande variabilité de couleurs et de patterns. En effet, Iablokoff-Knhzorian (1982) a recensé pas moins de 120 formes de coloration élytrale différentes sur la base de critères morphologiques. 32 formes ont été validées à l’aide d’analyses génétiques. On peut la reconnaitre aux taches formant une patte de chat sur son pronotum. Ces taches fusionnent parfois, donnant un « M » ou bien une tache unique. Sa grande diversité de formes entraîne des risques de confusion avec quelques espèces autochtones, notamment Harmonia quadripunctata et Adalia decempunctata. Les principales différences entre la coccinelle asiatique et les espèces indigènes lui ressemblant sont présentées en annexe 2.

Habitat et écologie

Elle a été introduite comme agent de lutte biologique. Très vite, elle s’est adaptée et est devenue une espèce invasive nuisible du fait de sa grande plasticité et voracité. Ses larves, en particulier, sont des prédatrices qui s’attaquent, entre autre, aux coccinelles indigènes. Ces dernières tendent à disparaitre à son profit du fait de la prédation qu’elle exerce sur elles et de la compétition pour l’espace et les ressources (Ottart, 2005 ; Coutanceau, 2006 ; Roy et al., 2012). En Midi-Pyrénées, comme dans tout le reste de la France, cette espèce exotique est devenue commune. Détectée jusqu’à 800 mètres d’altitude, on la rencontre aussi bien dans des milieux naturels (forêts de feuillus, coteaux, …) éloignées des habitations qu’en milieux urbains. Des rassemblements automnaux sont observés tous les ans en Midi-Pyrénées, pas seulement dans les bâtiments mais aussi sous les écorces de souches d’arbres en forêt. Elle est trouvée toute l’année sans interruption (Cochard, com. pers.).

Rédigée par Mélanie Thierry