Conocéphale gracieux

Ruspolia nitidula

Nom commun : Conocéphale gracieux
Nom latin : Ruspolia nitidula
Famille : Tettigoniidae
Période d’activité / d’observation : juillet jusqu’à fin octobre (selon météo) pour les adultes, les jeunes étant visibles et reconnaissables à partir de juin
Statut réglementaire : aucun

Descriptif et particularités

Une sauterelle inconfondable ! La plupart du temps, elle est entièrement verte (mais des individus marron peuvent être trouvés). Ses ailes sont très longues, elle peut d’ailleurs voler sur de très grandes distances (espèce migratrice et colonisatrice, volant la nuit). Sa tête très conique est également particulière, on ne rencontre cette forme que chez quelques autres sauterelles du même groupe (par exemple les Conocephalus spp., mais ces derniers sont plus petits).

Le chant est une forte stridulation aigüe, émise la nuit et ressemblant au grésillement continu d’une ligne haute-tension. Il est insupportable lorsqu’on se trouve à moins d’un mètre de la sauterelle. Mais à partir d’un certain âge, les naturalistes ne « captent plus » ces fréquences qui sont en partie à la limite de l’audible. Ce qui fait que le chant passera « d’insupportable » lorsque vous avez 20 ans à « indétectable » si vous en avez plus de 50 (à moins que vous ayez une très bonne oreille !). Heureusement, comme pour d’autres espèces, les détecteurs d’ultra-sons captent sans problème cette espèce, au point que certains inventaires chauve-souris peuvent être rendus très difficiles à cause de l’abondance du conocéphale gracieux.

Habitat et écologie

Le conocéphale gracieux vit dans tous les milieux herbacés et de fourrés/ronciers, pourvu qu’ils soient ensoleillés. Les terrains peuvent être secs ou au contraire dans des zones humides, peu importe. Les friches, y compris les friches urbaines et industrielles, et les talus de bords de routes sont souvent des habitats très prisés. Pour le détecter, il faut regarder attentivement dans la végétation, le conocéphale gracieux bougeant généralement assez rapidement voire s’envolant.

Répartition en Midi-Pyrénées

R. nitidula est abondant partout dans les plaines de Midi-Pyrénées. Sa répartition altitudinale est encore mal connue, mais cette espèce à tendances méridionales doit certainement disparaître assez vite lorsqu’on prendre de l’altitude.

Menaces

Cette espèce n’est nullement menacée dans la région. En France, elle était limitée à la moitié sud jusqu’à la fin des années 1990. Depuis l’aube du 21ème siècle, elle a manifesté une extension phénoménale suite aux hausses des températures. Elle atteint aujourd’hui la Belgique et les premiers individus viennent d’être trouvés en Angleterre. Une espèce parfaitement indicatrice des changements climatiques donc !

Fiche rédigée par Pierre-Olivier Cochard

Galerie...