Coronelle girondine

Coronella girondica

  • Nom commun : Coronelle girondine
  • Nom latin : Coronella girondica
  • Famille : Colubridae
  • Période d’activité / d’observation : mars à octobre
  • Statut réglementaire : Protégé au niveau national

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

Risque de confusion avec la Coronelle lisse, mais aussi avec la Couleuvre vipérine et avec la vipère aspic.

La Coronelle girondine atteint en moyenne 40 à 70 cm à l’âge adulte (exceptionnellement jusqu’à 95 cm). La face supérieure est de couleur brunâtre, grisâtre, ocre ou rosée, avec des barres transversales sombres particulièrement contrastées chez les jeunes. La face ventrale est jaunâtre ou rosâtre, parsemée de taches noires bien nettes formant un motif en damier ou agencées sur deux lignes parallèles. Elle porte une « bride » bien marquée sur le museau et une "larme" noire généralement bien distincte à l’aplomb de l’œil.

Les écailles sont lisses. Généralement la Coronelle girondine possède 8 écailles labiales supérieures et l’œil est positionné entre la 4ème et la 5ème écaille labiale (l’œil est entre la 3ème et 4ème chez la Coronelle lisse). L’écaille rostrale n’est pas saillante et ne s’insère pas en arrière entre les écailles inter-nasales (disposition qu’on observe chez la C. lisse).

Habitat et écologie

Elle affectionne les zones sèches, ensoleillées et chaudes tels que les causses, les coteaux secs et les soulanes rocheuses, ainsi que divers milieux anthropiques présentant des caractéristiques similaires : talus de voies ferrées, jardins avec rocailles etc. C’est plutôt une espèce de basse altitude mais elle pénètre profondément certaines vallées pyrénéennes, atteignant localement 1000 m voire un peu plus sur certaines soulanes particulièrement chaudes et sèches (environs de Bagnères de Luchon, de Saint-Lary Soulan, de Luz Saint-Sauveur…).

Cette couleuvre déployant fréquemment une activité de chasse crépusculaire et nocturne par temps chaud, il n’est pas exceptionnel de la rencontrer traversant une route de nuit. C’est essentiellement une prédatrice de lézards et de serpents.

Répartition en Midi-Pyrénées

La Coronelle girondine est une espèce dite "ibéro-maghrébine", présente sur le pourtour méditerranéen occidental : Péninsule Ibérique, Sud de la France, Italie, Sicile et Maghreb. L’espèce a sa limite Nord sur l’île d’Oléron.

Elle est très largement distribuée en Midi-Pyrénées, dans tous les départements. Les observations intéressent majoritairement des terrains sédimentaires de type causse ou coteau sec calcaire, mais elle est également régulière sur les reliefs schisteux bien exposés du Massif central et des Pyrénées.

Menaces

Les menaces pesant sur la Coronelle girondine sont multiples. Comme pour tous les serpents, la destruction volontaire contribue à sa régression. Ce phénomène est accentué par sa ressemblance avec la Vipère aspic. Ses déplacements nocturnes l’exposent aussi aux écrasements routiers. La menace essentielle reste toutefois la destruction de son habitat naturel (mise en culture et irrigation des coteaux secs, entretien des voies ferrées par désherbants chimiques etc.)

Fiche rédigée par Morgane Wauthier, actualisation Gilles Pottier