Criquet ensanglanté

Stetophyma grossum

  • Nom commun : Criquet ensanglanté
  • Nom latin : Stetophyma grossum
  • Famille : Acrididae
  • Période d’activité / d’observation : juillet à septembre (adultes)
  • Statut réglementaire : aucun

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

JPEG - 50.2 ko

Le criquet ensanglanté est un criquet assez facile à reconnaître. Il est moyen à gros (les femelles peuvent atteindre une trentaine de mm) de couleur dominante verte à jaunâtre. Les ailes, longues, sont plus sombres, et les antérieures sont marquées à la base par une bande jaunâtre. Les pattes postérieures sont assez particulières également : le dessous du fémur est rouge (donnant un aspect « ensanglanté ») et les tibias jaunes sont ornés d’un alignement de grosses épines noires.

Lorsqu’il est abondant, on le repère facilement alors à distance par son « chant » très particulier, une sorte de « clic » ou « tsic », répété toutes les secondes environ (comme une allumette que l’on claquerait à plusieurs reprises sur le grattoir de la boite pour l’enflammer). Lorsqu’on s’approche, il s’envole sans prévenir et se repose parfois plusieurs dizaines de mètres plus loin.

Habitat et écologie

Les pieds dans l’eau, la tête au soleil… tel pourrait être le résumé de ses exigences. Le criquet ensanglanté est en effet exigeant sur ses habitats : marécages, tourbières, prairies très humides. Mais ces milieux doivent être avant tout colonisés par une végétation herbacée dense (laîches, mégaphorbiaies, jonchaies…) et très ensoleillée. Il va en effet passer de longues heures perché sur ces végétaux à prendre des bains de soleil.

Répartition en Midi-Pyrénées

Sa répartition régionale est encore mal connue, mais elle couvre probablement tous les départements. Il peut vivre haut en altitude et est par exemple présent dans des tourbières en Ariège à 2000 m. Les zones de basse et moyennes montagnes où l’on trouve beaucoup de zones humides sont favorables à une présence étendue de ce criquet, tandis qu’il se fait très rare en plaine (il devait être plus commun il y a une centaine d’années, avant drainages et destruction des zones humides).

Menaces

Étant une espèce étroitement inféodée aux zones humides, le criquet ensanglanté subit de plein fouet la dégradation des zones humides. Ceci est valable non seulement en Midi-Pyrénées, mais dans toute son aire de répartition en Europe. Trouver ce criquet en abondance sur un site indique que la zone humide est en excellent état de conservation.

Fiche rédigée par Pierre Olivier Cochard