Crocidure musette

Crocidura russula

Nom commun : Crocidure musette
Nom latin : Crocidura russula (Hermann, 1780)
Famille : Soricidés – ordre des Soricomorphes
Période d’activité / d’observation : période d’accouplement s’étend de février à novembre, non hibernante.
Statut réglementaire : préoccupation mineure (LC) sur la Liste rouge France.
  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Cartographie

Descriptif et particularités

Crocidure de taille moyenne. Pelage brun-gris à brun-roux, ventre gris à gris-blanc, flancs de même couleur ou plus clair sans délimitation nette, pieds foncés et queue brun sombre relativement courte avec long poils épars. Le régime alimentaire de la Crocidure musette comprend divers insectes et invertébrés, et occasionnellement de lézards ou jeunes rongeurs, voire du fromage. Sa taille varie de 5 à 8,1 cm, pour la tête et le corps et la queue de 2,8 à 4cm. Son poids oscille de 5 à 16 g.

Habitat et écologie

La Musaraigne musette est anthropophile, on la rencontre partout et surtout dans les jardins et près des habitations, fermes et hameaux. Toutefois, elle fréquente plutôt les milieux semi-ouverts à tendance sèche (haies, friches, prairies avec buissons, milieux rocheux et murets de pierres sèches) et affectionne plus particulièrement les terrains secs pourvus d’une litière ou a minima d’un couvert végétal d’herbacées. Son caractère anthropophile apparaît dès que les conditions de vie deviennent défavorables (quand l’altitude augmente et en hiver) : elle peut alors pénétrer dans les bâtiments, granges et habitations. Dans les Pyrénées, sa présence à proximité des habitations augmente avec l’altitude, en lien avec ses besoins thermiques. Elle est active de jour comme de nuit mais principalement au crépuscule et à l’aube. Contrairement aux autres espèces de musaraignes qui sont solitaires et territoriales, la Crocidure musette est assez sociale et plusieurs individus peuvent partager le même nid et le même domaine vital.

Mature sexuellement dès deux à trois mois, la femelle peut mettre bas plusieurs fois par an, après 3 à 4 semaines de gestation, jusqu’à 10 petits. Quand elle est dérangée, la mère déplace sa portée. Les jeunes s’accrochent alors par les dents les uns aux autres en s’alignant derrière elle. Ce comportement remarquable des musaraignes est appelé comportement d’encolonnement ou « en caravane ».

Répartition en Midi-Pyrénées

En Midi-Pyrénées, les conditions climatiques sont globalement favorables à l’espèce, qui présente de ce fait une variabilité importante d’habitats et occupe ainsi tous les grands ensembles biogéographique hormis la haute montagne (une exception à 2000m mais globalement en dessous de 800m). Les mailles non renseignées sont donc plus dues à un manque de prospection qu’à l’absence de l’espèce.

Menaces

La Crocidure musette est une espèce nord-africaine qui a connu une grande expansion récente en Europe occidentale. Elle constitue la proie essentielle de la chouette Effraie, soit 23% de son régime, ce qui représente une part importante de son alimentation au regard du nombre d’espèces de micromammifères le constituant. De plus, cette chouette est connue pour l’éclectisme des habitats fréquentés, il semble donc que la Crocidure musette soit plutôt abondante et largement répartie.

Fiche rédigée par Julien Albert et Aude Gaborit-Loret - Septembre 2017

Cartographie