Crossope aquatique

Neomys fodiens

Nom commun : La Crossope aquatique
Nom latin : Neomys fodiens (Pennant, 1771)
Famille : Soricidae – Ordre des Soricomorphes
Période d’activité / d’observation : particulièrement active au printemps ; la période d’accouplement s’étend d’avril à septembre ; espèce non hibernante.
Statut réglementaire : Préoccupation mineure (LC) aux niveaux mondial et français, espèce protégée en France.
  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Références citées
  6. Cartographie

Descriptif et particularités

Également appelée Musaraigne aquatique, la Crossope aquatique présente un pelage noir sur le dos et blanc (ou légèrement grisâtre) sur le ventre, avec une limite de démarcation nette. Le dessous de la queue présente une frange bien marquée de poils raides gris argentés, ce qui permet d’ailleurs de la différencier de la Crossope de Miller, dont la frange est moins développée. La taille du corps varie de 6 à 9,5cm, pour une queue de 4,6 à 7,7cm de long, et son poids oscille entre 7,5 et 16,5g. Ces caractéristiques font de cette espèce la plus grande musaraigne d’Europe. Même dans un habitat favorable, la densité d’individus reste faible, il est donc rare de l’observer. Elle se nourrit essentiellement de crustacés, gastéropodes, larves et œufs d’amphibiens, mais peut aussi capturer des amphibiens adultes.

Habitat et écologie

La Crossope aquatique fréquente les berges et la proximité des cours d’eau, des étangs et des lacs ainsi que les zones marécageuses. Les berges lui offrent des abris, cachettes et galeries où elle installe son terrier et son nid, ainsi qu’un couvert végétal suffisant pour circuler à l’abri des prédateurs. Contrairement à ce que son nom peut laisser penser, il ne s’agit pas d’un animal strictement aquatique puisqu’elle chasse également activement les invertébrés terrestres dans la végétation des rives et des prairies humides.

Répartition en Midi-Pyrénées

La répartition de l’espèce est assez homogène sur le piémont pyrénéen et la moitié est du Tarn, puisque ce sont des secteurs encore riches en zones humides. Sa distribution est plus hétérogène sur le reste du territoire, avec des zones assez favorables dans les coteaux de Gascogne. Certains secteurs de causses (Sud Aveyron et Lot) et la plaine de la Garonne au sens large semblent en revanche peu fréquentés par l’espèce. Ces absences sont sûrement dues à la raréfaction des zones humides et à leur mauvaise qualité. L’espèce peut être présente en montagne, jusqu’à 1800m d’altitude.

Menaces

La Crossope aquatique ayant besoin de berges « naturelles » avec des patchs de végétation et des racines, toute modification du milieu et des berges tels que l’enrochement, le nettoyage des arbres, ou encore la pose de fascine lui sera défavorable. La présence d’obstacles anthropiques (barrages, même de petite taille, tubage des rivières pour le passage des routes…) accroît le risque de fragmentation des populations, l’espèce n’étant pas capable de grands déplacements. À ce titre, elle représente un bon indicateur dans le cadre de l’étude des trames vertes et bleues.

Fiche rédigée par Julien Albert et Nathalie de Lacoste - mars 2016

Cartographie