Desman des Pyrénées

Nom commun : Le Desman des Pyrénées
Nom latin : Galemys pyrenaicus
Famille : Talpidae - ordre des Soricomorphes
Période d’activité / d’observation : animal diurne et nocturne, non hibernant
Statut réglementaire : Quasi menacé (NT) au niveau français et vulnérable au niveau mondial (VU)

Descriptif et particularités

On ne peut confondre le Desman des Pyrénées avec aucun autre mammifère, tant son apparence est particulière : une trompe mobile ornée de vibrisse, une longue queue aplatie latéralement et des pattes armées de griffes pointues (surtout les antérieurs) et munies d’une palmure (surtout les postérieures). Il mesure environ 25 cm dont la moitié pour la queue, pour un poids adulte de 50 à 60g.

Cet animal a longtemps été confondu avec la taupe par son épais pelage, ses petits yeux et ses pattes griffues (il est de la même famille), avec la musaraigne par son museau allongé, ou avec le rat par sa queue. En grec, Galemys signifie aspect de belette et de souris.

Habitat et écologie

Le Desman des Pyrénées est un hôte remarquable des cours d’eaux pyrénéens dont il est endémique. Il se nourrit surtout de larves d’invertébrés (dont les trichoptères) répartis plus uniformément en montagne du fait d’une meilleure qualité de l’eau. De moeurs semi-aquatiques, il évolue plus aisément dans l’eau que sur terre. Il est actif de jours comme de nuit avec des alternances de phases de repos. Son gîte est aménagé dans une cavité de la berge.

Répartition en Midi-Pyrénées

Sa répartition correspond à une quantité précise des précipitations, ce qui induit une présence selon une gradation altitudinale allant quasiment du niveau de la mer à l’Ouest aux étages montagnards à l’Est. En Midi-Pyrénées, située approximativement au centre de la chaîne, le Desman est présent majoritairement à l’étage collinéen.

Menaces

Les principales menaces concernent les activités engendrant une modification des cours d’eau et notamment du débit d’eau, comme les centrales hydroélectriques ou autre aménagements hydrauliques.

Fiche rédigée par Manue Jacquot