Empuse pennée

Empusa pennata

Juvénile femelle (Lot)

  • Nom commun : Empuse commune, Empuse pennée, la larve est aussi surnommée « Diablotin »
  • Nom latin : Empusa pennata
  • Famille : Empusidae
  • Période d’activité/d’observation : de mars à octobre (jeunes et adultes).
  • Statut réglementaire : Pas de statut particulier en Midi-Pyrénées.

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

L’empuse est un insecte relativement grand (de l’ordre de 6 cm) à la silhouette allongée. Le corps peut être de couleur brune, verte ou rosée. Les pattes antérieures sont dites « ravisseuses » et servent à capturer les proies, les déplacements s’effectuent avec les quatre autres pattes ou par le vol grâce à leurs ailes repliées par-dessus l’abdomen. De petites structures foliacées ornent ce dernier sur toute sa longueur. La tête de l’empuse est surmontée d’une expansion conique, qui permet de la différencier aisément de la mante religieuse à laquelle elle est apparentée (toutes deux appartiennent à l’ordre des Dictyoptères). Le dimorphisme sexuel le plus flagrant chez cette espèce est la taille et la forme des antennes : les mâles ont de longues antennes bipectinées (forme de peigne à deux rangées), alors que les femelles ont des antennes courtes et filiformes. Les larves ressemblent à des adultes miniatures. Souvent de couleur terne (grisâtre), on les reconnait à leur petite taille, l’absence d’ailes, mais surtout à leur abdomen recourbé qui leur vaut leur surnom de « diablotin de Provence ». Tout comme la mante religieuse, l’empuse protège ses œufs dans une oothèque. Cette dernière se différencie de celle de la mante par sa taille (plus petite) et sa forme anguleuse, ainsi que le prolongement de la structure par une tige allongée à l’une de ses extrémités.

Habitat et écologie

L’empuse affectionne les milieux ouverts et secs. Insectivore, elle se poste dans la végétation basse (herbes hautes, buissons) où elle attend que les proies passent à sa portée. Réputée moins vorace que la mante religieuse, son alimentation repose sur de petits insectes tels que les diptères (mouches…). La communication entre individus se fait de façon chimique (pas de stridulation contrairement aux orthoptères, insectes assez proches). L’empuse étant une espèce cryptique, difficile à détecter, les individus se repèrent et se trouvent grâce à ce type de communication. Ainsi les femelles qui sont fécondes attirent les mâles en émettant, de nuit, des phéromones.

Répartition en Midi-Pyrénées

En Europe, on retrouve l’empuse en Espagne et au Portugal. Son aire de répartition en France est limitée à la partie sud (elle est bien présente dans les garrigues du sud-est), en Midi-Pyrénées on rencontre l’espèce dans toute la région sauf les parties montagneuses. L’espèce ne semble pas se rencontrer au-delà de 800 à 900 m d’altitude). . Sa morphologie et sa coloration cryptiques rendent l’animal difficilement détectable dans son environnement, il est donc possible que sa répartition régionale soit sous-estimée.

Menaces

L’espèce n’est pas directement menacée. L’enfrichement de certains de ses habitats (pelouses et ourlets calcaricoles) voire leur boisement est une menace locale qui peut faire disparaître quelques populations et morceler ses habitats. Toutefois l’espèce étant capable de se déplacer facilement, elle s’installe volontiers dans les friches agricoles ou terrains vagues secs dans les zones industrielles.

Fiche rédigée par Marion Jouffroy