Epervier d’Europe

Accipiter nisus

  • Nom commun : Epervier d’Europe
  • Nom latin : Accipiter nisus
  • Famille : Accipitridés
  • Période d’activité / d’observation : sédentaire, observable toute l’année
  • Statut réglementaire : protégé, préoccupation mineure sur les listes rouges nationale et mondiale

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

JPEG - 64.1 ko

L’Epervier d’Europe est peut-être le rapace le plus « proche » de nous car très répandu et s’aventurant souvent à proximité des habitations pour y profiter de l’abondance des passereaux. C’est un petit rapace de la taille d’un pigeon avec des ailes larges et assez courtes ainsi qu’une longue queue. Le mâle mesure 29-34 cm de longueur et 58-65 cm d’envergure. La femelle est plus imposante avec 35-41cm de longueur et 67-80cm d’envergure. Le mâle a le dessus gris bleu et le dessous finement barré de brun-roux. La femelle a le dessus gris brunâtre et le dessous barré plus gris brunâtre mais parfois lavé d’ocre. Le juvénile est brun foncé avec sur la poitrine des barres brunes interrompues et irrégulières. La queue assez longue a le bout carré quand elle est serrée et arrondi quand elle est étalée et porte 4 ou 5 barres foncées. La distinction avec l’Autour des palombes, Accipiter gentilis, peut poser de réelles difficultés à distance tant les espèces sont semblables même si l’Autour est bien moins commun que l’Epervier.

Habitat et écologie

L’Epervier d’Europe fréquente aussi bien la forêt que les milieux plus ouverts avec des haies denses ou des bosquets. Il n’hésite pas non plus à s’inviter dans les parcs urbains et jardins privés au cœur de zones bâties. L’Epervier d’Europe se nourrit presque exclusivement de passereaux qu’il capture par surprise dans un vol rapide et précis et qu’il poursuit jusque dans les frondaisons et même les taillis, au cœur desquels ses ailes courtes lui facilitent les manœuvres habiles.

C’est dans la forêt qu’il trouve refuge pour la nuit et qu’il fait son nid. Chaque année une aire est reconstruite sur un arbre à une hauteur de 4 à 6m. C’est la femelle qui fait l’essentiel du travail. Dans la première quinzaine de mai 3 à 6 œufs sont déposés et couvés par la femelle seule pendant environ 5 semaines. C’est encore elle qui « couve » les poussins et leur découpe les proies ramenées par le mâle. Les jeunes sont capables de voler à 4 semaines et reviennent d’abord au nid pour le nourrissage puis se font nourrir en vol avant de devenir autonomes à l’âge de 3 mois où ils partiront en quête de nouveaux territoires.

Répartition en Midi-Pyrénées

L’Epervier d’Europe est largement présent partout en Europe où grâce aux mesures de protection sa population en déclin dans les années 70 est maintenant rétablie avec un effectif de 40 000 à 60 000 individus en France. Il est présent partout en Midi-Pyrénées, en montagne jusqu’à 1600m et s’installant jusque dans l’agglomération toulousaine !

Menaces

Comptant parmi les rapaces diurnes les plus répandus, l’Epervier d’Europe ne semble à première vue que peu menacé. Une vigilance toutefois reste à maintenir pour ces espèces dites « communes » qui souffrent aussi des impacts directs ou indirects sur leurs habitats et proies. On notera aussi que malgré son statut d’espèce protégée, l’Epervier d’Europe, comme l’Autour des palombes, peut faire l’objet d’autorisations de désairage (prélèvement d’œufs ou jeunes au nid) dans le seul but de satisfaire les loisirs de fauconniers pratiquant la chasse au vol…

Photos Danielle et René Peltier, rédaction René Peltier