Ephippigère carénée

Uromenus rugosicollis

Nom commun : Ephippigère carénée
Nom latin : Uromenus rugosicollis
Famille : Tettigoniidae
Période d’activité / d’observation : adultes de juillet à début novembre ; les juvéniles sont reconnaissables (par les spécialistes) à partir de juin (dernier stade)
Statut réglementaire : aucun

Descriptif et particularités

JPEG - 57.1 ko

Il s’agit d’une sauterelle massive, sans ailes donc incapable de se déplacer sur de grandes distances. Sa couleur générale est verte avec une bande plus claire sur le flanc de l’abdomen. Derrière le curieux pronotum (plaque entre la tête et l’abdomen) en forme de selle à cheval, dépassent de minuscules mais coriaces tegminas, organes du chant.

Citons aussi une « curiosité » par rapport aux autres sauterelles de grande taille que l’on trouve en plaine dans la région : ses yeux sont blancs et donc bien visibles. Ajoutés à sa paire d’antennes sur un crâne nu lui donnant un petit air d’Homer Simpson !

Malgré sa taille, cette grosse sauterelle reste particulièrement discrète. Si on arrive assez facile à entendre sa stridulation, qu’elle émet de jour mais surtout le soir et de nuit, il faut toujours un temps assez long avant de la localiser. La plupart du temps, elle se trouve perchée au sommet de buissons ou de fourrés, à plusieurs mètres au dessus du sol. Sa stridulation est assez forte et U. rugosicollis fait partie des espèces qui sont détectables même lors d’un déplacement en voiture fenêtre fermée (à vitesse modérée !).

Habitat et écologie

Uromenus rugosicollis vit de préférence dans les lisières et fourrés denses, que ce soit en conditions fraîches (fourrés en lisière de peupleraies par exemple) ou rudérales, comme en conditions sèches et xérocalcicoles (ourlets calcicoles). Les haies, linéaires de végétation (talus de routes, du Canal du Midi, de voies ferrées…) lui conviennent également parfaitement.

Répartition en Midi-Pyrénées

U. rugosicollis se rencontre fréquemment dans les plaines de Midi-Pyrénées. Les adultes sont visibles (et surtout audibles !) de juillet à octobre. L’espèce semble quasiment constante le long du corridor fluvial de la Garonne (dans tous les bois et broussailles du lit majeur).

Menaces

Aucune menace sur cette espèce.

Fiche rédigée par Pierre-Olivier Cochard

Galerie...