Faucon pèlerin

Falco peregrinus

Nom commun : Faucon pèlerin
Nom latin : Falco peregrinus L.
Famille : Falconidés
Floraison / période d’observation : toute l’année
Statut réglementaire : Protection nationale, LC (Liste rouge France)

Descriptif et particularités

Silhouette falciforme profilée pour la vitesse, le faucon pèlerin se distingue par un corps massif (surtout chez la femelle), un contraste dorso-ventral marqué (sombre sur le dos, blanc avec rayures/points noirs sur le ventre). Ses « moustaches » sombres contrastant avec les joues blanches sont typiques de l’espèce. D’ailleurs, ce faciès très marquant et l’incroyable acuité visuelle de l’oiseau avaient tellement marqué les Egyptiens de l’antiquité qu’ils avaient donné à leur dieu Horus la tête d’un faucon. Le symbole de « l’oudjat » (Œil d’Horus) combine les caractéristique d’un œil humain et d’un œil de faucon pèlerin.

JPEG - 153.8 ko
Faucon pèlerin
(Falco peregrinus)
JPEG - 191.5 ko
Faucon pèlerin
A Toulouse

Habitat et écologie

Ornithophage strict, le faucon pèlerin est bien connu pour son « vol en piqué » qui lui permet d’atteindre des vitesses impressionnantes (environ 300 km/h). Il se nourrit de diverses espèces allant communément de petits passereaux aux pigeons, qu’il capture en vol. C’est un rapace rupestre qui niche sur des zones de falaises escarpées mais qui peut se contenter d’une petite barre rocheuse. Depuis quelques années, on assiste également à la colonisation de certaines villes qui offrent au faucon pèlerin des habitats de substitution à travers les grands immeubles ou les bâtiments religieux. Ainsi, plusieurs cas de nidification « urbaine » sont aujourd’hui recensés en France. En Midi-Pyrénées, la majorité de la population apparaît sédentaire. Certains oiseaux venus des pays nordiques peuvent traverser la région en période de migration ou y séjourner durant l’hiver d’où l’observation hivernale possible d’oiseaux hors de tout site de nidification.

Répartition en Midi-Pyrénées

L’espèce est très cosmopolite et se rencontre sur tous les continents à l’exception de l’Antarctique. Plusieurs sous-espèces sont recensées. En Midi-Pyrénées, le faucon pèlerin se rencontre en majorité dans les zones offrant de belles falaises. Les Pyrénées (piémont notamment), les grandes gorges (vallées du Tarn, du Lot et Célé, de l’Aveyron), le Massif Central et la Montagne Noire concentrent donc l’essentiel des effectifs. La présence de l’espèce en sites urbains est attestée à Albi (nidification régulière), Rodez (nidification irrégulière), Toulouse ainsi que quelques autres secteurs de la région.

Menaces

L’espèce est emblématique de l’engagement associatif pour la protection d’une espèce car le faucon pèlerin a frôlé la disparition du fait de l’impact terrible des pesticides organo-chlorés et de pratiques de désairages (prélèvement d’œufs ou de jeunes à l’aire pour commerce illégal). Une protection règlementaire et une surveillance sans faille de nombreux bénévoles associatifs ont permis aux populations de faucon pèlerin de retrouver aujourd’hui une dynamique très positive et une répartition large. Toutefois, l’espèce demeure sensible et la multiplication de nouveaux facteurs de perturbations doit inciter à une prudence importante. Ainsi la pratique de certaines sports de nature (escalade notamment), mais également des naturalistes ou photographes peu scrupuleux sont autant de sources de dérangements possibles. Le retour de pratiques de désairages est également un élément inquiétant qui fait peser une menace conséquente sur l’espèce en Midi-Pyrénées.

Fiche rédigée par Jean Ramière