Garance voyageuse

Nom commun : Garance voyageuse
Nom latin : Rubia peregrina
Famille : Rubiacées
Période d’activité / d’observation : juin-juillet
Statut réglementaire : aucun

Descriptif et particularités

Cette plante est la petite sœur sauvage de Rubia tinctorum. Les propriétés tinctoriales de la peregrina ont été utilisées bien avant celles de la tinctorum. Ici, nous parlons de la peregrina car c’est elle qu’on a le plus de chance de rencontrer dans la nature. C’est une plante grimpante capable de se hisser à plusieurs mètres de hauteur. Sa technique d’escalade consiste à utiliser les minuscules crochets dont elle est pourvue. C’est de sa faculté à s’accrocher à la toison des bêtes que lui vient son nom de « voyageuse ». Les feuilles sont persistantes, verticillées, ovales-lancéolées, munies de crochets sur les bords et la nervure centrale. Les fleurs sont minuscules, jaune-vert, disposées en cymes à l’aisselle des feuilles et à l’extrémité des rameaux. Les fruits sont des baies noires, rondes, de la grosseur d’un pois.

JPEG - 161.8 ko
Garance voyageuse
(Rubia peregrina)
JPEG - 122.8 ko

En Orient, la garance sert depuis des milliers d’années à teindre les étoffes. A propos de la garance, il faut se rappeler combien les couleurs ont de l’importance pour les hommes. C’est en particulier la couleur rouge, celle des notables, civils, militaires et religieux, qui a le plus d’importance. Quand l’homme n’avait pas à sa disposition les outils de la chimie moderne, il utilisait les plantes pour produire des colorants. Le colorant rouge était donc produit par la garance qui était cultivée. En 1839, on trouvait 50 usines dans le Vaucluse. En 1860, ce département produisait 50% de la production mondiale de garance. La découverte en 1868 de la synthèse chimique de l’alizarine, provoque l’effondrement du marché.

Habitat

Très commune dans le Sud de la France, dans les haies, les fourrés, les chênaies (surtout de chêne pubescent), jusqu’à 1200-1300 m. Présent partout dans la région.

Menaces

Aucune menace sur cette espèce n’est actuellement à signaler

Utilisations

Il faut parler surtout ici de la tinctorum car la peregrina n’a pas connu d’industrialisation. Peregrina donne un colorant rouge-orangé, tinctorum, un rouge pur. Comme la plante est rapeuse, on s’en est servi pour en faire des tampons à récurer. La phytothérapie moderne utilise les indications anciennes de la garance : le traitement des calculs urinaires. Sa racine jaune qui ne vire au rouge qu’au contact de l’eau permettait de l’utiliser contre la jaunisse et les maladies du sang (théorie des signatures).

Sources

« De la Garance au Pastel » par M. Garcia et M.F. Delarozière chez Edisud

Fiche rédigée par Bernard Escaut