Grande noctule

Nyctalus lasiopterus

Nom commun : Grande noctule
Nom latin : Nyctalus lasiopterus (Schreber, 1780)
Famille : Vespertilionidés – ordre des Chiroptères
Période d’activité / d’observation : crépusculaire et nocturne, hiberne.
Statut réglementaire:espèce protégée, d’intérêt communautaire (Directive Habitat), déterminante ZNIEFF, données insuffisantes (DD) au niveau national et quasi-menacée (NT) au niveau mondial.
  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Cartographie

Descriptif et particularités

La Grande noctule est la plus grande chauve-souris présente en France. Elle possède un pelage roux soyeux (poils longs et denses). Ses oreilles sont assez larges, courtes et arrondies, de même que le tragus à l’intérieur qu’on dit « en forme de champignon ». Elle a la particularité d’avoir ses oreilles reliées à la commissure des lèvres par un bourrelet de peau.

Elle est une des espèces les moins connues en Europe. L’effort de prospection doit donc être soutenu à son égard.

Habitat et écologie

La Grande noctule gîte dans les cavités d’arbres. En Midi-Pyrénées, on la retrouve préférentiellement dans les trous de pics dans des boisements de hêtres. Elle semble aussi avoir besoin de points d’eau à proximité pour s’abreuver.

C’est une espèce de haut vol, c’est-à-dire qu’elle peut parcourir de très grandes distances en plein ciel pour aller sur des terrains de chasse. Cette capacité rend son suivi par radiopistage délicat suivant la configuration du terrain. Les échanges d’individus au sein des groupes sont fréquents (fonctionnement en méta-population par fusion-fission).

Les quelques observations dans la région ainsi que les données disponibles plus au nord et en Espagne laisse penser que l’espèce se déplacerait vers le sud-ouest à l’automne. Dans les Pyrénées espagnoles, seules des données de mâles sont connues, avec une arrivée de femelles à l’automne.

Répartition en Midi-Pyrénées

Cinq noyaux de populations ont été identifiés en France, dont un qui comprend le Lévézou en Aveyron. Le premier contact en Midi-Pyrénées date de 2004. Un gros effort de prospection a été mené sur cette zone jusqu’à la découverte d’une population reproductrice en 2012. S’en est suivi une étude reconduite chaque année qui a permis de localiser plusieurs arbres-gîtes et des terrains de chasse. Les observations réalisées ont, en parallèle, apporté de nombreuses données sur l’écologie de l’espèce, comme l’utilisation de routes de vol, les heures de sortie de gîte, des comportements précis, etc. La population actuellement connue au printemps et en été comporte plus d’une centaine d’individus.

Menaces

L’espèce est sensible au développement des parcs éoliens ; plusieurs cadavres ont d’ores et déjà été trouvés au pied d’éoliennes dans l’Aveyron et le Tarn. Elle est aussi directement concernée par le type de gestion forestière appliquée dans les boisements puisqu’elle gîte dans les arbres. Le maintien des boisements feuillus avec une forte densité de cavités est essentiel pour assurer une disponibilité de gîtes suffisante. La préservation de points d’eau calme et accessible est également préconisée.

Fiche rédigée par Hélène Dupuy et Jean-Jacques Poupinel - Novembre 2018

Les chauves-souris peuvent-elles occuper les bâtiments ?

Certaines espèces anthropophiles fréquentent les bâtiments, notamment les greniers et les combles en été. Ces mammifères ne « pullulent » pas, les femelles se rassemblent en colonies en été où chacune met bas un seul jeune par an pendant l’été. Elles ne construisent pas de nid et ne rongent pas les matériaux, elles se posent en journée dans des « gîtes », et les seuls traces d’occupation sont leurs déjections… Certaines espèces se logent dans des fissures et d’autres dans des pièces volumineuses, suspendues au plafond ou aux poutres de charpente. Elles peuvent occuper les lieux suivants : toiture, charpente, combles, fissures de façades, volets à battants, linteaux de porte-fenêtre, cheminée, cave ou autres pièces du sous-sol.

Comment cohabiter avec des chauves-souris ?

En cas de présence de chauves-souris, il faut éviter de les déranger et de modifier leur habitat. Si vous avez prévu des travaux, évitez de les faire en période de présence des chauves-souris et évitez toute modification de leur habitat (accès, conditions lumineuses, thermiques, traitements de charpente…).

Comment favoriser la présence de chauves-souris ?

Vous pouvez faire des aménagements en faveur des chauves-souris : * Créer des ouvertures sur combles, caves… * Réserver des espaces (linteaux, fissures de façades…). * Installer des gîtes artificiels.* * Créer une mare, planter un verger et des haies d’essences locales. Pour plus d’informations et de conseils, vous pouvez nous appeler ou consulter un chiroptérologue du CEN MP : http://www.cen-mp.org/le-sos-chauve….

* Quelques modèles de gîtes artificiels :

Cartographie