Grillon d’Italie

Œcanthus pelluscens

Nom commun : Grillon d’Italie
Nom latin : Œcanthus pelluscens
Famille : Œcanthidae
Période d’activité / d’observation : Les adultes sont détectables à partir de mi-juillet, jusqu’à fin septembre environ. Les larves (jeunes grillons) apparaissent au printemps (difficiles à voir mais relativement faciles à reconnaître).
Statut réglementaire : aucun

Descriptif et particularités

JPEG - 46.9 ko

Le grillon d’Italie appartient à un groupe de grillons de répartition mondiale essentiellement tropicale (Afrique, Asie, Australie…). C’est le seul représentant de cette famille en France. Il a un aspect assez particulier, ressemblant presque plus à une blatte qu’à un grillon tel qu’on les imagine souvent. Il est assez petit, plat, avec de grandes ailes et a une coloration générale terne (marron, roussâtre ou grisâtre).

Il chante seulement la nuit, avec une stridulation très douce et sifflée. Lorsqu’il est abondant, il crée une ambiance nocturne agréable, au point que des enregistrements sont parfois utilisés comme bande son d’ambiance pour certains passages dans des films !

Les années chaudes favorisent la dispersion des individus et une bonne reproduction, il peut alors voler loin et coloniser de nouveaux sites.

Pour l’observer il faut s’armer de patience : même lorsqu’il chante, le chant audible à plusieurs dizaines de mètres est difficile à localiser (il semble « tourner »). Une fois à proximité on peut avoir des difficultés pour l’observer dans le faisceau de la lampe. De jour, les entomologistes utilisent des filets fauchoirs ou battent les branches des arbres pour l’inventorier.

Habitat et écologie

Le grillon d’Italie vit sur les lisières ensoleillées, dans les formations végétales à hautes herbes et chaudes. Il colonise souvent les friches et même assez souvent les jardins tranquilles et parcs, même en ville. Il vit assez souvent perché, parfois à plusieurs mètres de haut.

Répartition en Midi-Pyrénées

Encore mal connue en raison des difficultés à le chercher (obligation de faire des écoutes de nuit ou sinon de faucher la végétation avec des filets pour le détecter), sa répartition est probablement très vaste sur toutes les zones de plaines (par exemple il est courant autour de Toulouse). Il doit pouvoir également être présent sur les pentes des basses montagnes, au moins les flancs sud.

Menaces

Cette espèce n’est nullement menacée dans la région. Dans le nord de la France sa répartition a progressé depuis la fin des années 1990, à la faveur d’années de plus en plus chaudes.

Fiche rédigée par Pierre-Olivier Cochard

Galerie...