Hermine

Mustela erminea

Nom commun : Hermine
Nom latin : Mustela erminea
Famille : Mustélidés
Période d’activité / d’observation : toute l’année
Statut réglementaire : espèce classée « gibier »

Descriptif et particularités

L’Hermine mesure entre 17 et 33 cm, la queue mesure entre 7 et 20 cm. Elle pèse entre 130 et 350 g. Son corps est cylindrique, les pattes sont courtes, la queue assez fine et assez longue avec un pinceau terminal de couleur noir. La fourrure est de couleur brun-roux sur le dessus et blanc du museau à l’attache de la queue, sur le dessous. Dans les zones enneigées l’hiver, l’Hermine change de couleur pour se camoufler dans ce nouvel environnement : elle passe donc du roux au blanc, mais conserve son pinceau terminal noir sur la queue.

Habitat et écologie

Ce petit carnivore affectionne les milieux bocagers et les pelouses des hautes altitudes, mais occupe également des zones plus fermées pourvus qu’il trouve sa ressource alimentaire en quantité suffisante. Il s’abrite dans des rochers ou dans les troncs d’arbres.

Cette espèce est un carnivore strict qui se nourrit de mulots, rats, campagnols, taupes, oiseaux, et lapereaux… Elle peut chasser ses proies de jour comme de nuit.

La période des amours se situe entre avril et mai. La fécondation intervient juste après la naissance des jeunes mais la gestation de 4 semaines ne s’effectuera qu’au bout de 7 à 8 mois (ovo-implantation différée). Au printemps suivant la reproduction, 3 à 8 petits naissent et seront dépendant de leur mère jusqu’à l’automne.

Répartition en Midi-Pyrénées

L’Hermine est relativement rare en région midi-pyrénéenne : elle se cantonne dans les zones d’altitudes des monts d’Aubrac et de la chaîne pyrénéenne. Elle est totalement absente de la plaine Toulousaine, du Tarn et Garonne et du Gers. Elle est présente à l’extrême Nord du Lot et à l’est du Tarn, sur les contreforts du massif central.

Menaces

Des menaces d’origine humaine pèsent sur l’Hermine : la chasse, l’utilisation en agriculture de poison anticoagulant pour lutter contre les campagnols et les modifications de son milieu naturel, avec la disparition de ses proies.

Fiche rédigée par Morgane Wauthier