La flore du Cirque de Gavarnie

Aller à Gavarnie, c’est découvrir un des plus beaux sites géologiques d’Europe dans toute sa majesté et marcher sur les traces d’hommes qui ont fait l’histoire du Pyrénéisme comme le guide Célestin Passet ou le célèbre Henry Russel. C’est retrouver l’enchantement d’un site grandiose immortalisé par les écrits de Victor Hugo et Lamartine ainsi que les lithographies de Gavarni. Inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, site classé, situé au cœur du Parc national des Pyrénées, le Cirque de Gavarnie ne manquera pas de vous éblouir de par sa diversité faunistique et floristique. Véritable amphithéâtre naturel, Gavarnie recèle de nombreuses espèces endémiques des Pyrénées.

Hautes-Pyrénées • 10 km • 4 h • Facile et familial / Balisé en partie

Situation : Gavarnie, au sud de Tarbes

Parking : au village de Gavarnie

Dénivelé : 200 mètres (altitude moyenne 1500 mètres)

A voir : Cimetière des Pyrénéistes, Cascade du Cirque

Accès

De Toulouse, emprunter l’A64 jusqu’à la sortie Tarbes Ouest pour Lourdes. Continuer sur laN21 direction Argelès-Gazost. Suivre la D921 jusqu’à Luz-St-Sauveur et continuer jusqu’au village de Gavarnie.

JPEG - 130.1 ko
Astazou depuis la Brêche

Parcours

  • Le sentier démarre juste après l’église de Gavarnie (1) (sentier balisé). Suivre le sentier jusqu’à la bifurcation de la cabane de Pouey Aspé ou plateau de Bellevue.
  • (2) Rester sur le sentier le plus bas pour se trouver à environ 1400 m d’altitude et continuer en direction du Cirque (Sud). Le sentier débouche sur une piste pastorale tout près d’une grange. Continuer la piste et remonter sur 100 mètres.
  • Au sommet s’ouvre une plaine alluviale. Redescendre et traverser la plaine au Sud sur 1 km (3).
  • Au fond de la plaine se trouve une passerelle (4), constituée de dalles en béton, afin de traverser le Gave de Pau. Le sentier remonte alors en direction du chemin du Cirque à travers un peuplement de Pin à crochets.
  • Des aménagements récents détournent le chemin du retour (5). Prendre le sentier derrière l’hôtellerie du Cirque, à l’Est. Poursuivre vers le Nord en direction du plateau d’Allans.
  • (6) A la bifurcation du refuge des Espuguettes, entamer la descente vers le village.

Conseil - Matériel conseillé : boussole, altimètre, chaussures de marche, pique-nique et eau

JPEG - 234.4 ko
Parcours depuis Gavarnie
(Extrait de carte n°1748OT © IGN Paris 2008 - Autorisation n°2200816)

Ce qu’on peut observer…

  1. Aux aurores, balayer les falaises de Cazaus avec les jumelles : l’Isard s’aventure jusqu’au village de Gavarnie.

  2. Cette vaste plaine alluviale représente le fond d’un ancien lac du Marboré de la période postglaciaire. Les calcaires du Carbonifère qui retenaient les eaux du lac ont été creusés par le Gave de Pau. En approfondissant son lit, le torrent a asséché le lac, laissant apparaître la dite « Prade ». Celle-ci est très intéressante car elle abrite des milieux très variés : pelouses rases, lisières abrouties de la forêt, alluvions fixes et alluvions mobiles riches avec des conditions édaphiques différentes (calcaire, schiste…). De par sa caractéristique de Cirque, des plantes nettement subalpines côtoient des plantes véritablement alpines.

  3. Le Pied-de-Lion des Alpes est présent sur le site mais l’espèce n’est pas évidente à trouver. Également connue sous le nom allemand « Edelweiss », cette plante vivace développe ses feuilles blanches veloutées en étoile (d’où son autre nom Étoile d’argent). A l’abri des regards, derrière un rocher par exemple, la Ramonde des Pyrénées se caractérise par de larges feuilles ovales en rosette et ses grandes fleurs violettes à étamines orangées. Le Saule des Pyrénées borde les alluvions pierreuses du gave. Sur l’autre rive du Gave, il n’est pas rare alors d’observer le bec-croisé en train de décortiquer les cônes du Pin à crochets en compagnie des Mésanges noires.

  4. Présence de saxifrages (aquatique, paniculé, hirsute) en contrebas de la passerelle en béton. Goûter aux framboises et aux petites fraises sauvages de Gavarnie jusqu’à l’hôtellerie du Cirque. L’Isard se montre parfois dans les falaises Sud.

  5. JPEG - 107.7 ko
    Edelweiss
    Leontopodium (alpinum)
    JPEG - 156.2 ko
    Ancolie des Pyrénées
    (Aquilegia pyrenaica)
  6. Panorama sur la grande cascade avec ses 300 mètres de chute.

  7. En se dirigeant vers la forêt d’Arribama, observer les fissures des falaises qui regorgent d’androsaces, plantes vivaces naines en coussinets très denses et de saxifrages. Vérifier la présence de l’Ancolie des Pyrénées par leurs éperons droits ou légèrement arqués. A moins que cela ne soit tout simplement l’Ancolie vulgaire qui se distingue par un éperon enroulé ou recourbé en crochet.

  8. De magnifiques Asphodèles blancs arborent la descente du plateau de Pailla. Avec sa tige qui peut atteindre jusqu’à 1,20 m, cette Liliacées présente une grappe dense de grandes fleurs blanches.

Milieux traversés

Tous les milieux se trouvent réunis avec des conditions édaphiques variées (calcaire, grés, schiste…)

Oiseaux

Tichodrome échelette, Gypaète barbu, Niverolle alpine

Plantes

Oeillet, chardon, iris, ramonde, edelweiss, pyrole, orchis, ophrys, androsace…

Reptiles et amphibiens

Euprocte des Pyrénées, Lézard des Pyrénées, Alyte accoucheur, Triton palmé, Salamandre terrestre

Insectes

Apollon, Semi-apollon

Mammifères

Marmotte, Isard, Lièvre