Le lac d’Arrou

Situé à 1786 m d’altitude, au pied du pic de Monfaucon, le lac d’Arrou est une petite étendue d’eau limpide posée au pied d’un cirque imposant. La balade qui nous y amène depuis la Hourquette d’Ancizan, longe le versant Nord de sommets de renom comme L’Arbizon, Le Bassia et le Monfaucon. La notion d’espace prend ici tout son sens, tant à la verticale (Arbizon 2831m) qu’à l’horizontale (vue sur la vallée de Campan et la Vallée d’Aure.)

JPEG - 104.9 ko
Crave à bec rouge, crédit : Dave Watts

Haute-Pyrénées • 9km environ • 4h • Facile • Circuit non balisé

Situation : Bagnères-de-Bigorre à 30km

Parking : A la Hourquette d’Ancizan

Dénivelé : 226 mètres

Accès

De Toulouse, prendre l’autoroute A 64 jusqu’à la sortie N° 12 : Tournay, puis prendre direction Bagnères de Bigorre. A Bagnères de Bigorre suivre la direction Campan, Payolle, La Mongie. Arriver à Sainte Marie de Campan et prendre direction Payolle. A Payolle, après le centre de vacances, tourner à droite, sur le pont, direction la Hourquette d’Ancizan, Continuer tout droit jusqu’à la Hourquette d’Ancizan. Se garer sur le parking.

Parcours

Depuis le parking, prenez le chemin qui longe le flanc du versant (1). Au bout de 40 minutes d’une douce montée, vous voici arrivé au « Clot de Pourtillou » (2). Au bout d’une heure de marche, les premiers kerns (petit tas de cailloux qui servent de repère) se dressent au bord du chemin (3). Plus haut, sur la droite du sentier, on longe une petite marre et de suite après il faut traverser un ruisseau (1h15) (4). Enfin un dernier effort vous amène au lac d’Arrou (1h30) (5). Pour le retour prenez le même itinéraire. Une fois revenu au « Clot de Pourtillou » (45min) il faut descendre et juste après le virage, prendre l’une des sente qui mène au « Plagnot de Soubirou » (1h15- 6). Pour finir, redescendre du « Plagnot » en rejoignant une sente qui se dirige vers le parking que l’on aperçoit en contre bas. (1h30 au parking).

Conseil - si vous ne souhaitez pas monter au plagnot de Soubirou, il vous suffit de suivre le même chemin qu’à l’aller.

Ce qu’on peut observer…

  • (A) : Premièrement, prenez le temps d’admirer le panorama en descendant de voiture en regardant vers le nord, vous avez à gauche la vallée de Campan et à droite la vallée d’Aure, et au sud, de gauche à droite, le petit Arbizon, le grand Arbizon, le pic de bassia et au loin le pic du midi de Bigorre
  • (B) : Au départ de la randonnée, vous traversez une grande zone d’estive parsemée de genévriers où vous pourrez voir de nombreux troupeaux de vaches, moutons, chevaux, ânes, de juin à octobre. C’est aussi sur ces pâturages que vous croiserez, au mois d’avril, la dent de chien (Erythronium dens-canis) fleur mauve aux feuilles tachetées. Et si vous êtes chanceux, vous le verrez qui remonte les pentes pour aller prospecter les pâtures, c’est le Vautour percnoptère*, le plus petit des vautours pyrénéens, tout de blanc vêtu mis à part le bord postérieur noir de ses ailes et son masque jaune.
  • © : Progressivement, du fait de la pente qui entraîne la diminution du pâturage, on avance de plus en plus au milieux des genévriers et des rhododendrons c’est l’occasion d’apercevoir et d’entendre l’Accenteur alpin w et le Bruant jaune*.
  • (D) : Un peu plus loin, la lande devient plus dense en rhododendrons milieu magnifique lors de la floraison a la fin du mois de juin. A cet endroit on peut également voir la Primevère hirsute qui pousse sur des rochers ( floraison avril-mai).
  • (E) : Juste avant le lac, un petit étang offre un lieu de ponte pour la Grenouille rousse. Cette zone, abrite une station de Ramonde des Pyrénées, plante endémique de ce massif, caractérisée par des feuilles vert foncé à forte pilosité et une fleur bleu violet aux anthères jaunes. Dans les pelouses rocailleuses, à gauche du chemin, pousse le Géranium cendré, également endémique des Pyrénées (floraison juillet-août).
  • (F) : Enfin, une dernière petite montée nous guide jusqu’au lac d’Arrou. A cet endroit, les Traquets motteux w vous tiendront compagnie un long moment, jusqu’à ce que vos yeux aguerris se posent sur un petit groupe d’Isard w.
  • (G) : Pour le retour, si vous le souhaitez, montez au « Plagnot de Soubirou », la vue sur l’Arbizon et les Crêtes de Lio y est magnifique. C’est aussi à cet endroit que vous aurez le plus de chance d’apercevoir le Vautour fauve w, le Crave à bec rouge w, le Grand corbeau w, le Milan royal w, le Milan noir*, et le majestueux Gypaète barbu w. Cet oiseau emblématique qui peut atteindre 2,90m d’envergure, a pour particularité de se nourrir d’os qu’il casse depuis les airs en les laissant tomber sur une pierre, mais également de colorer les plumes blanches de son poitrail de couleur ocre rouille grâce à des bains de boue ferrugineuse.

Milieux traversés

Pâturages, lande à genet, lande à rhododendrons, pelouse alpine, pierriers, falaises.

Oiseaux

Gypaète barbu, Vautour fauve, Vautour percnoptère, Milan royal, Milan noir, Bruant jaune, Accenteur alpin, Traquet motteux…

Plantes

Rhododendron, genévrier, dent de chien, Orchis vanille, Ramonde, Géranium cendré, Gentianes, Grassettes…

Reptiles et amphibiens

Grenouille rousse, Vipère aspic, Crapaud calamite, Lézard vivipare

* espèce présente uniquement au printemps/été W espèce présente toute l’année