Lézard catalan

  • Nom commun : Lézard catalan
  • Nom latin : Podarcis liolepsis
  • Famille : Lacertidae
  • Période d’activité / d’observation : principalement de mars à octobre
  • Statut réglementaire : Intégralement protégé au niveau national

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

JPEG - 57.3 ko
Lézard catalan mâle (© Pascaline Silande)

Le Lézard catalan est un petit « lézard gris » qui ressemble fortement au Lézard des murailles. En effet, la coloration générale est relativement similaire : dos brun-gris aux motifs variables. Cependant, un examen attentif révèle plusieurs petites différences. Ce qui le distingue aux premiers regards de Podarcis muralis est sa petite taille et son aspect plus élancé. En effet, le Lézard catalan est plus petit avec une longueur maximum de 16 cm (avec la queue). Il a un corps plus fin tout comme sa tête qui est plus aplatie et plus pointue. Les yeux, dont l’iris est blanchâtre à jaunâtre, dépassent nettement le dessus du crâne. Les écailles temporales sont très petites et nombreuses (souvent plus de 50). L’écaillure dorsale est également assez fine. Les taches noires situées sur la gorge sont petites et jamais confluentes. Enfin, le Lézard catalan ne présente habituellement pas de zone noire marquée entourant un ocelle clair au niveau de l’insertion des pattes avant. Les femelles ont généralement des lignes claires dorsolatérales bien marquées alors que les mâles ont un aspect plus moucheté et réticulé. Les juvéniles montrent une coloration semblables à celles des adultes. Le Lézard catalan est représenté par 3 sous-espèces en France. En Midi-Pyrénées, la sous-espèce présente est Podarcis liolepis cebennensis dont les différences par rapport aux autres sous-espèces sont la coloration grise à beige marbrée ou réticulée et le ventre blanc.

Habitat et écologie

Cette espèce est liée à des habitats ouverts, chauds et secs possédant une végétation éparse de type méditerranéen. Dans la région, il occupe généralement des terrains plus ou moins accidentés sur fortes pentes et exposés au Sud comme par exemple les falaises, les escarpements rocheux et les pelouses sèches. Il est également possible de l’observer sur des substrats artificiels comme les parois de carrières. Du fait de son écologie, il est assez rare et localisé en Midi-Pyrénées. Comme le Lézard des murailles, il peut être observé une grande partie de l’année mais c’est principalement au printemps qu’on le voit. Cette période correspond aux premiers accouplements en mars et avril, la ponte de 4 œufs maximum ayant lieu vers mai. Il peut cependant pondre plusieurs fois dans l’année. Les éclosions se déroulent durant les mois de juillet et août. La longévité est relativement faible (3 ans) comparé à d’autres lézards. Le Lézard catalan se nourrit surtout d’insectes et de mollusques. Il peut être prédaté par les couleuvres, les vipères, les rapaces et quelques mammifères dont le chat domestique.

Répartition en Midi-Pyrénées

C’est une espèce méditerranéenne qui est présente dans le nord-est de l’Espagne et le Sud de la France. En France, il occupe presque tout le Languedoc-Roussillon et atteint à l’Est l’axe rhodanien qu’il remonte jusque dans la Loire. Il est aussi présent dans le Pays Basque (sous-espèce P. liolepis sebastiani).

En Midi-Pyrénées, sa répartition est assez limitée et circonscrite à l’E de la région, où il est connu de deux vastes zones distinctes :
- Le Massif central d’une part, où il occupe essentiellement les vallées relevant du bassin versant du Tarn (Tarn, Dourbie, Cernon, Sorgue, Rance, Dadou, Gijou…). Il occupe aussi la vallée du Viaur, un affluent de l’Aveyron, alors qu’il est inconnu de la vallée de l’Aveyron elle-même (où il est donc à rechercher).
- La vallée de l’Ariège d’autre part, où il est ponctuellement présent jusqu’en plaine à la faveur de certaines falaises terreuses (jusqu’à la confluence Ariège-Garonne, quasiment). Il est inconnu du bassin versant du Salat, bien qu’une observation (dûment homologuée) ait été effectuée au sommet du Mont Rouch ! (Probable "débordement" de la population catalane, qui monte très haut sur le versant sud du "Mont Roig"). A noter que la sous-espèce ibérique Podarcis liolepis liolepis a été trouvée à Labège dans une zone industrielle mais qu’il s’agit vraisemblablement d’une introduction involontaire.

Sa répartition est encore à affiner et il est à rechercher dans de nombreuses vallées et vallons tributaires du bassin versant du Tarn. Sa présence dans la vallée du Viaur doit par ailleurs inciter à des recherches dans toute la vallée de l’Aveyron.

Menaces

Le Lézard catalan est protégé en France mais ne semble pas menacé. Il est cependant indispensable de surveiller l’état des populations les plus marginales comme celles de Midi-Pyrénées. En effet, celles-ci paraissent isolées, en faibles effectifs et occupent parfois de très petites surfaces ce qui induit une sensibilité forte. La faible longévité et le faible nombre d’œufs en font également une espèce sensible. Ainsi, le maintien en bon état des milieux méditerranéens est indispensable à la conservation de l’espèce. De plus, sa ressemblance avec le Lézard des murailles rend difficile la connaissance de sa répartition exacte.
Rédaction Pierre Grisvard, compléments Gilles Pottier
Dernière mise à jour : 27/04/2014