Lézard des souches

Lacerta agilis

  • Nom commun : Lézard des souches (improprement appelé "Lézard agile")
  • Nom latin : Lacerta agilis
  • Famille : Lacertidae
  • Période d’activité / d’observation : mars à octobre
  • Statut réglementaire : Protégé au niveau national

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

JPEG - 57 ko

Risque de confusion des juvéniles avec le Lézard vivipare et des adultes (notamment mâles) avec le Lézard vert occidental.

C’est un lézard mesurant 11 cm de la tête au corps ; la queue mesure autour de 15 cm (pour un total de 26 cm environ). Il est trapu avec une petite tête et de courtes pattes. Ils possèdent 8-16 rangs d’écailles plus étroites au milieu du dos.

La couleur est différente chez le mâle et la femelle : le mâle a le côté, de la tête à la queue, de couleur vert tacheté de noir et de blanc. Sur le dos, il est pourvu d’une bande brune (marbrée de noir) à bords clairs (ce sont des lignes dorso-latérales) et il porte une bande vertébrale pointillée de couleur blanche. Les mâles immatures ont une couleur de flanc moins vive que les reproducteurs.

La femelle et les jeunes sont identiques sauf que leurs flancs sont dépourvus de vert ; ils sont entièrement bruns avec généralement une série d’ocelles sombres pupillés de blanc.

Habitat et écologie

Dans notre région, ce lézard vit aux étages montagnards. Il vit dans une variété de milieux plus ou moins humides à secs. Il affectionne des formations végétales relativement ouvertes telles que les landes, clairières, lisières, tourbières… (plus rarement rencontré en prairies ou pelouses). Il recherche aussi la présence de milieux plus ou moins rocheux.

C’est une espèce diurne qui vit dans le même habitat que le lézard vivipare ou la vipère péliade dans le Massif central.

Son régime alimentaire est composé de petits arthropodes (arachnides, insectes). Il est la proie de la Coronelle lisse et des vipères, des rapaces et des mammifères carnivores.

Répartition en Midi-Pyrénées

Au niveau mondial, il est présent dans la majeure partie de l’Europe, jusqu’à la moitié Sud de la Suède. Il est absent à l’Ouest et au Sud et Sud-Est de la France. En dehors de l’Europe il se rencontre en Asie Centrale et en Mongolie. Au Nord il est présent dans les plaines, tandis qu’au Sud de son aire de répartition, il n’existe que sur des reliefs élevés.

C’est le cas en Midi-Pyrénées, où le Lézard des souches n’est que très localement présent, sous forme de deux ilots très distincts : l’Aubrac d’une part, et de l’Ariège aux frontières d’Andorre d’autre part.

Le Lézard des souches fréquente une diversité de milieux dans l’Aubrac aveyronnais, jusqu’à 1360 m d’altitude (haies, murets, lisières, landes, talus de routes, tourbières).

En Ariège il est inféodé aux landes subalpines à genêt purgatif, genévrier et callune et peut parfois coloniser des prairies à Gentiane jaune. Dans ce département, c’est la sous-espèce garzonii qui se rencontre, endémique de l’est des Pyrénées (Aude et Pyrénées-Orientales, Andorre et Espagne).

Menaces

Cette espèce est très localisée en Midi Pyrénées. Toute destruction ou dégradation de son habitat est donc une catastrophe pour sa survie. Le réchauffement climatique pourrait également faire régresser les populations de l’Aubrac.

Fiche rédigée par Morgane Wauthier