Lézard vivipare

Zootoca vivipara

  • Nom commun : Lézard vivipare
  • Nom latin : Zootoca vivipara
  • Famille : Lacertidae
  • Période d’activité / d’observation : mars à octobre
  • Statut réglementaire : Intégralement protégé au niveau national

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

JPEG - 67.5 ko

Risque de confusion avec le Lézard des murailles ou le Lézard des souches.

Le Lézard vivipare mesure 7 cm sans la queue, la queue fait 11 cm (18 cm max au total). La tête est petite, s’inscrit dans le prolongement du corps, et les pattes sont courtes. La queue est épaisse, fortement carénée.

La robe est à dominante brune, généralement rehaussée de taches ou lignes jaunes, blanches et noires (mâles en particulier). La coloration du ventre varie d’un individu à l’autre (blanc, jaune, orange ou rouge). Les femelles ont souvent une ligne vertébrale foncée. Chez le mâle les tâches sont beaucoup plus marquées. La face ventrale est ponctuée de points foncés chez le mâle et chez certaines femelles. Les juvéniles sont typiquement noirs.

Habitat et écologie

Le Lézard vivipare est une espèce de climats humides et frais, à nette tendance montagnarde dans le sud de son aire de répartition. Aux étages montagnard et subalpin, il colonise une grande variété de milieux (pelouses, landes, clairières, tourbières, éboulis …), alors qu’il est beaucoup plus spécialisé à basse altitude. Il ne pourra alors être vu que dans des habitats à microclimat frais et humide (tourbières, landes humides, vieilles forêts…).

Répartition en Midi-Pyrénées

C’est un des reptiles les plus largement distribués au Monde, puisqu’on le rencontre sur la totalité de l’Eurasie, de la côte atlantique jusqu’à la côte pacifique. En Midi-Pyrénées, le Lézard vivipare occupe surtout les étages montagnard et subalpin, mais il pénètre fréquemment l’étage alpin inférieur. Il se raréfie au-dessus et ne dépasse que localement les 2500 m, que ce soit dans les Hautes-Pyrénées, la Haute-Garonne ou l’Ariège. En outre, il se maintient à l’étage collinéen sur les plateaux de Ger et de Lannemezan (Hautes-Pyrénées) vers 400 m / 500 m, voire bien plus bas sur leurs contreforts (autour de 350 m près de Tarbes). Il a aussi été observé à 150 m d’altitude dans l’Ouest du Gers, cette situation correspondant à la limite orientale des populations des Landes de Gascogne. Il est également présent dans le Massif central dès l’étage montagnard (Ségala lotois, Carladez, Aubrac, Viadène, Lévézou, Monts de Lacaune), avec localement quelques populations collinéennes. Il a été autrefois (années 1980 et 1990) signalé de quelques tourbières de la Montagne Noire (massif situé au sud de la vallée du Thoré), mais il n’y a pas été revu malgré des recherches insistantes. Toute donnée homologable (photo) en provenance de cette zone est donc précieuse.

En Midi-Pyrénées, le Lézard vivipare est représenté par deux sous-espèces :

- côté Pyrénées et plaines du sud-ouest (Landes de Gascogne, incluant l’extrême ouest du Gers), la sous-espèce louislantzi, qui se distingue notamment par la particularité de n’être pas vivipare mais ovipare ! (les femelles pondent des œufs incubés dans le milieu naturel)

- côté Massif central, la sous-espèce vivipara qui, elle, est bien vivipare (ovovivipare, plus exactement). Pour cette sous-espèce la stratégie de reproduction est beaucoup plus adaptée aux conditions froides : les femelles servent d’incubatrices et mettent au monde des petits immédiatement actifs.

Menaces

Le Lézard vivipare n’est pas véritablement menacé à moyenne et haute altitude. Par contre, aux étages planitiaire et collinéen, plusieurs menaces pèsent sur cette espèce dont, surtout, la disparition des landes humides, des tourbières et des vieilles forêts (mise en culture, drainage, enrésinement, urbanisation…). Pour cette espèce intimement liée à des conditions fraîches et humides, le réchauffement climatique constitue bien sûr une importante menace.

Fiche rédigée par Morgane Wauthier et Gilles Pottier