Luxurieux Couserans

Dans les vallées du Couserans, latitude méridionale et pluviométrie record se conjuguent pour façonner des paysages typés, où des gorges encaissées couvertes de forêts alternent avec des espaces bocagers verdoyants. C’est l’Ariège gasconne, océanique et luxuriante, très différente de l’Ariège languedocienne. Au-dessus de la sympathique station thermale d’Aulus-les-Bains (160 cm de hauteur de pluie par an !), nous vous proposons de découvrir un des plus beaux vallons des Pyrénées centrales, orné d’une splendide et majestueuse cascade : la cascade d’Ars.

Ariège • 15 km • 6 h • Aisé / Sentiers balisés

Situation : 130 km de Toulouse

Parking : Aulus-les-Bains

Dénivelé : 700 mètres

Difficulté particulière : Prévoir chaussures de marche, sac à dos confortable, eau, pique-nique…

Accès

De Toulouse, deux possibilités : par l’A64, sortie Aspet, puis traverser Mane, Saint-Girons et un peu avant Seix prendre la vallée du Garbet et la direction Aulus-les-Bains (compter 2h, 130 km) ; ou (préférable) par la vallée de la Lèze, qu’on remonte jusqu’à Pailhès. De là, prendre la direction du Mas d’Azil puis celle de Saint-Girons. A Saint Girons, direction Seix puis direction Aulus-les-Bains un peu avant Seix (2h15, 125 km).

JPEG - 86.9 ko
Cascade d’Ars

Parcours

  • Du centre bourg d’Aulus-les-Bains (alt. 750 m), suivez le balisage du GR 10 et la direction de la cascade d’Ars. Vous empruntez très brièvement la D8f, quittez rapidement le macadam et traversez bientôt le Garbet (1) (vous passez rive gauche).
  • Vous pénétrez alors dans le vallon du ruisseau d’Ars. Une première petite montée vous conduit au plateau de la Sagette (2), depuis lequel un second raidillon vous permet de rejoindre une piste forestière que vous suivrez jusqu’à une petite artigue (clairière pâturée) (3).
  • Là, vous traversez le ruisseau d’Ars et passez rive droite. La splendide cascade d’Ars ne tarde pas à se laisser admirer, encadrée par les vieux hêtres. Le sentier passe bientôt à ses pieds, puis la contourne en grimpant en lacets. Un petit replat (4) permet d’admirer un magnifi que arc-en-ciel permanent, généré par le crachin de la cascade elle-même (particulièrement visible le matin, et par temps ensoleillé bien sûr).
  • Parvenu au-dessus de la cascade, vous fi lez plein ouest par une longue section de sentier à altitude quasi-constante et gagnez le pittoresque étang de Guzet (5), enchâssé dans les sapins. De là, le balisage vous invite à descendre par une combe forestière jusqu’à une zone de prairies et de landes (6).
  • Le GR 10 file alors à l’ouest vers le joli vallon du Fouillet. Une fois dans le vallon (7), vous quittez le GR 10 pour un GR de pays qui descend au nord (à droite donc) jusqu’à la D 8f (8). Il ne vous reste plus qu’à emprunter un peu de goudron pour gagner Aulus-les-Bains.

Conseil - Le débit de la cascade est maximal vers juin, et c’est aussi à ce moment que la forêt de hêtres est la plus belle, de même qu’en automne. Secteur touristique : évitez les périodes de vacances…

JPEG - 248.2 ko
Parcours depuis Aulus-les-Bains
(Extrait de carte n°2048OT © IGN Paris 2008 - Autorisation n°2200816)

Ce qu’on peut observer…

Ce parcours très forestier, dans une zone très arrosée, permet d’observer des milieux caractéristiques de l’étage montagnard des Pyrénées centrales, et une foule d’espèces associées.

Partout dans la forêt, vous êtes susceptibles d’entendre le Pic noir, géant des pics d’Europe. Ses loges ogivales, et les énormes trous qu’il fore dans le bois mort à la recherche d’insectes, s’observent aisément. Le Cincle plongeur peut être aperçu près des torrents, et les grands rapaces (Vautour fauve, Gypaète barbu, Aigle royal) ne sont pas rares dans le ciel. Bien sûr, une foule de passereaux forestiers, dont le chatoyant Bouvreuil pivoine, peuplent ces lieux.

JPEG - 178.1 ko
Euprocte des Pyrénées
(Euproctus asper)
JPEG - 135.4 ko
Droséra
(Drosera sp.)

Les ruisseaux hébergent l’Euprocte des Pyrénées, triton d’aspect verruqueux endémique de la chaîne. Partout, vos pas pourront provoquer le saut de quelque Grenouille rousse, et il n’est pas impossible que vous puissiez croiser la Vipère des Pyrénées (Vipera aspis zinnikeri), sous-espèce de la Vipère aspic présentant une robe souvent très contrastée. Sur les berges du Garbet, à Aulus même, le Lézard vert et la Couleuvre vipérine se laissent facilement observer.

La végétation est caractéristique des vallons humides où l’eau ruisselle de toutes parts : zones tourbeuses à sphaignes et plantes carnivores (Droséra et Grassette), denses forêts de hêtres et de sapins, formations herbacées luxuriantes, d’allure quasi-tropicale, des bords de torrents (mégaphorbiaies). En automne, les champignons sont légion.

Milieux traversés

Forêts montagnardes, zones tourbeuses, bords de torrents, cascades

Oiseaux

Pic noir, Cincle plongeur, Bouvreuil pivoine, Vautour fauve, Gypaète barbu, Aigle royal et bien d’autres

Plantes

nombreuses plantes de tourbières et de bords de torrents, dont la fameuse droséra

Reptiles et amphibiens

Couleuvre vipérine, Couleuvre à collier, Vipère aspic, Lézard vert, Lézard des murailles, Lézard vivipare, Triton palmé, Euprocte des Pyrénées, Grenouille rousse, Salamandre tachetée, Crapaud accoucheur…