Martin-pêcheur d’Europe

Alcedo atthis

  • Nom commun : Martin-pêcheur d’Europe
  • Nom latin : Alcedo atthis
  • Famille : Alcédinidés
  • Période d’activité / d’observation : Toute l’année
  • Statut réglementaire : Protection nationale
  • Statut de conservation  : Préoccupation mineure (Liste rouge mondiale UICN, 2016), Vulnérable (Liste rouge des oiseaux nicheurs de France métropolitaine, 2016)

  1. Descriptif, particularités et risques de confusion
  2. Répartition et effectifs en Midi-Pyrénées
  3. Habitat et écologie
  4. Régime alimentaire
  5. Cycle annuel et reproduction
  6. Conseils pour l’observation, orientations de recherche
  7. Menaces et conservation
  8. Galerie
  9. Cartographie


Descriptif, particularités et risques de confusion

JPEG - 76.4 ko

Le Martin-pêcheur d’Europe est un petit oiseau trapu facilement reconnaissable grâce à sa superbe livrée très colorée : dessus bleu-vert métallique, dessous roux, avec un bec noir long et fin et des pattes rouges. La femelle se différencie du mâle grâce à la couleur rouge-orangé (et non noire) de la base de la mandibule inférieure. Dans nos contrés, aucun autre oiseau ne présente ces couleurs et cette silhouette. Une confusion n’est donc pas possible !

Taille de l’oiseau : 16-17 cm Envergure : 24-26 cm

Photographie © J-C. Capelle

Répartition et effectifs en Midi-Pyrénées

Son aire de distribution est large : en Europe où il est la principale espèce de Martin-pêcheur, avec des extensions en Asie, Australie et Afrique du Nord. En Midi-Pyrénées, on le retrouve le long de la plupart des cours d’eau de la région et autour des grands plans d’eau, sans dépasser en altitude l’étage collinéen (maximum 400-600 m, sauf en période de reproduction où des altitudes allant jusqu’à 800m ont été mentionnées).

Habitat et écologie

Le Martin-pêcheur est une espèce caractéristique et emblématique des milieux aquatiques. On le rencontre au bord des eaux calmes et peu profondes, plutôt en des lieux abrités du vent et des vagues et avec un minimum d’aspect naturel (ripisylve, méandres, bras morts, talus) et une eau claire et bien oxygénée. Les rives pourvues d’arbres et de poteaux pouvant servir de perchoirs sont appréciées. Il peut toutefois supporter une qualité des eaux moyennes : pourvu que les poissons résistent, sa tolérance vis-à-vis de la pollution est très supérieure à celle du Cincle plongeur par exemple. Il n’apprécie que peu les ruisseaux, sauf ceux à proximité de cours d’eau plus importants.

Régime alimentaire

Il se nourrit essentiellement de petits poissons tels que vairons, épinoche, truites, chabots, perches, ou brochets ne dépassant pas 12 cm environ. Quelques insectes ainsi que crustacés ou batraciens peuvent compléter son régime alimentaire. Perché ou pratiquant un vol stationnaire, il fond sur sa proie, la saisit dans son bec puissant pour revenir l’assommer sur son perchoir avant de l’avaler.

Cycle annuel et reproduction

Le Martin-pêcheur niche dans un terrier creusé habituellement dans la berge du cours d’eau. La parade nuptiale comporte des poursuites aériennes prolongées et s’achève lorsque le mâle présente un terrier à la femelle. Si le terrier n’est pas encore formé, les 2 oiseaux le creusent ensemble. Une fois le tunnel formé s’ensuit à l’intérieur un rituel d’offrandes à la femelle afin que cette dernière puisse avoir assez de ressources pour pondre ses œufs. La ponte intervient d’avril à juillet et comporte souvent 2 voire 3 couvées. Six à sept œufs sont en général pondus et les 2 adultes couvent puis nourrissent les jeunes à tour de rôle. Les jeunes, rapidement aptes à se nourrir seuls, quittent le nid au bout de 4 semaines en moyenne. Le nid est en général renouvelé chaque année à cause des déjections et détritus rapidement accumulés.

Conseils pour l’observation, orientations de recherche

Les cours d’eau calmes et assez larges avec ripisylve lui sont favorables. On le repère en général lorsque l’on voit passer un éclair bleu à la surface de l’eau ou de la berge, parfois précédé ou associé à son cri strident ‘tchiii’. Avec un œil un peu plus averti, il est possible de le repérer sur son perchoir mais malgré ses couleurs vives le martin-pêcheur se fond facilement dans la végétation.

Menaces et conservation

Il n’est pas menacé à l’échelle de la région où il occupe la plupart des secteurs favorables. L’espèce semble même être en expansion chez nous si l’on compare les études locales menées en 2007-2010 par rapport à celles menées en 1985-1989. Elle semble très sensible aux hivers rigoureux qui peuvent décimer les effectifs. Cependant, sa forte capacité de reproduction permet de les reconstituer assez rapidement. La préservation des berges de nos cours d’eau et la problématique de la pollution des rivières représentent les aspects majeurs dans la protection de l’espèce.

Références Fauré C. (2012), in Frémaux S. & Ramière J., coord. (2012), Atlas des oiseaux nicheurs de Midi-Pyrénées, Delachaux et Niestlé Heinzel H., Pitter R. et Parslow J. in Guide Heinzel des oiseaux D’Europe, d’Afrique et du Moyen-Orient (2014), Delachaux et Niestlé Collin D. et Le Dantec D. (2003) © 1996-2017 Oiseaux.net

Fiche rédigée par Laure Guillot
Dernière mise à jour : 12/02/2018

Galerie


Galerie...