Minioptère de Schreibers

Nom commun : Minioptère de Schreibers
Nom latin : Miniopterus schreibersii (Kuhl, 1817)
Famille : Minioptéridés – ordre des Chiroptères
Période d’activité / d’observation : toute l’année, crépusculaire et nocturne.
Statut réglementaire : espèce protégée au niveau national, vulnérable (VU) sur la Liste rouge France, en Annexe 2 de la Directive Habitat, et déterminante avec critères pour les ZNIEFF en Midi-Pyrénées.
  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Cartographie

Descriptif et particularités

Les oreilles triangulaires, nettement espacée l’une de l’autre, dépassent tout juste la fourrure. Son pelage est principalement gris-brun sur le dos et devient légèrement plus clair sous le ventre. En y ajoutant le front bombé et son museau court, le Minioptère peut facilement évoquer une tête de bison. Ses ailes sont longues et étroites, lui conférant un vol très rapide (60 km/h). La confusion avec d’autres chauves-souris est impossible, excepté avec le Murin de Capaccini qui partage la même couleur et parfois le même gîte. Mais l’observation attentive des oreilles dissipe rapidement les doutes.

Habitat et écologie

Inféodé aux zones karstiques, c’est une chauve-souris principalement cavernicole. En hiver, elle préfèrera les grandes cavités souterraines (grottes naturelles, mines, …), où elle y séjournera de décembre à février. Pour la période estivale, les gîtes seront de même nature, bien qu’il soit possible de les retrouver sous de grand ouvrage d’art. Toutefois, sa présence dans les bâtiments est très exceptionnelle. En chasse, le Minioptère peut parcourir de grande distance depuis son gîte (35 km), mais il ne se concentre que sur une infime parti de son territoire en sélectionnant les secteurs les plus rentables, quitte à exploiter une demi-douzaine de sites distants les uns des autres en une nuit. Les zones de chasses prépondérantes à l’espèce sont les lisières, les mosaïques d’habitats et les éclairages artificiels, autour desquels il chasse les Lépidoptères. Pour la reproduction, elle peut avoir lieu à partir des deux ans de la femelle, et les premières naissances ont lieu dès le début du mois de juin.

Répartition en Midi-Pyrénées

Principalement au niveau des reliefs karstiques (causse aveyronnais, causse du Quercy, piémont pyrénéen, montagne noire, montagne de Lacaune).

Menaces

Compte tenu du nombre restreint de cavités hébergeant des colonies importantes de Minioptère sur notre territoire, la moindre intervention sur le milieu souterrain (aménagement touristique, fermeture,…) peut se retrouver fatale pour cette espèce. Les modifications de son environnement, autre que gîte, ne sont pas prépondérantes quant à la sensibilité du Minioptère, bien que sa spécialisation trophique le rende plus fragile. Une diminution de lépidoptères nocturnes pourrait avoir de forte conséquence sur cette chauve-souris.

Fiche rédigée par Xavier Pessey et Julien Albert - Septembre 2017

Les chauves-souris peuvent-elles occuper les bâtiments ?

Certaines espèces anthropophiles fréquentent les bâtiments, notamment les greniers et les combles en été. Ces mammifères ne « pullulent » pas, les femelles se rassemblent en colonies en été où chacune met bas un seul jeune par an pendant l’été. Elles ne construisent pas de nid et ne rongent pas les matériaux, elles se posent en journée dans des « gîtes », et les seuls traces d’occupation sont leurs déjections… Certaines espèces se logent dans des fissures et d’autres dans des pièces volumineuses, suspendues au plafond ou aux poutres de charpente. Elles peuvent occuper les lieux suivants : toiture, charpente, combles, fissures de façades, volets à battants, linteaux de porte-fenêtre, cheminée, cave ou autres pièces du sous-sol.

Comment cohabiter avec des chauves-souris ?

En cas de présence de chauves-souris, il faut éviter de les déranger et de modifier leur habitat. Si vous avez prévu des travaux, évitez de les faire en période de présence des chauves-souris et évitez toute modification de leur habitat (accès, conditions lumineuses, thermiques, traitements de charpente…).

Comment favoriser la présence de chauves-souris ?

Vous pouvez faire des aménagements en faveur des chauves-souris : * Créer des ouvertures sur combles, caves… * Réserver des espaces (linteaux, fissures de façades…). * Installer des gîtes artificiels.* * Créer une mare, planter un verger et des haies d’essences locales. Pour plus d’informations et de conseils, vous pouvez nous appeler ou consulter un chiroptérologue du CEN MP : http://www.cen-mp.org/le-sos-chauve….

* Quelques modèles de gîtes artificiels :

Cartographie