Murin d’Alcathoe

Myotis alcathoe

Nom commun : Murin d’Alcathoe
Nom latin : Myotis alcathoe
Famille : Vespertilionidés– Ordre des Chiroptères
Période d’activité / d’observation : observable toute l’année, hiberne en hiver
Statut réglementaire : Dc, P, DH4, LC/DD
  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Références citées
  6. Cartographie

Descriptif et particularités

Le Murin d’Alcathoe est le plus petit murin de France (Arthur & Lemaire, 2009). Le museau, les oreilles et membranes bruns de cette espèce ressemblent à ceux des autres « murins à museau sombre », mais avec un pelage dorsal brun à roux globalement plus sombre et la face ventrale brune. Cette chauve-souris se distingue par de petits pieds et oreilles, et surtout par ses narines en forme de cœur. Cette espèce récemment reconnue (2001) est difficile à identifier visuellement et à détecter par ses émissions ultrasonores.

Habitat et écologie

C’est une espèce arboricole, dont les gîtes connus sont dans des cavités d’arbres feuillus situées jusqu’à 10 mètres de hauteur, tandis que les gîtes hivernaux sont dans des cavités souterraines ou des arbres. Il n’y a à ce jour aucun gîte avéré de connu en Midi Pyrénées. Pour l’activité de chasse, le Murin d’Alcathoe parcourt de faibles distances (moins de 1km) (Arthur in Jacquot, 2014).

Répartition en Midi-Pyrénées

Le Murin d’Alcathoe a été découvert en 2003 en Midi-Pyrénées. L’espèce est mentionnée dans six des huit départements. Cette distribution résulte d’un manque de données (moins de 30 observations dans notre région, dont plus de 10 depuis 2011) et sous-estime les populations réelles de l’espèce bien plus représentées dans la région au vu des données récentes récoltées.

Menaces

Les rares contacts en région ne permettent pas d’estimer les effectifs et de ce fait d’établir un état des populations et de leur évolution. Cependant, une réflexion doit être menée sur la gestion de son biotope-type, que sont les vieux peuplements de feuillus en bordure de rivière (Arthur in Jacquot, 2014).

Fiche rédigée par Margot Joulain et par Cathie Boléat - mars 2016

Références citées

  • Arthur L. & Lemaire M., 2009. Les Chauves-souris de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Biotope, Mèze (Collection Parthénope) ; Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 544p.
  • Arthur C-P., 2014. Murin d’alcathoe in Jacquot E. (coord.), 2014. Atlas des Mammifères sauvages de Midi-Pyrénées – Livret 5 – Chiroptères. Coll. Atlas naturaliste de Midi- Pyrénées. Edition Nature Midi-Pyrénées, 66 :67.

Les chauves-souris peuvent-elles occuper les bâtiments ?

Certaines espèces anthropophiles fréquentent les bâtiments, notamment les greniers et les combles en été. Ces mammifères ne « pullulent » pas, les femelles se rassemblent en colonies en été où chacune met bas un seul jeune par an pendant l’été. Elles ne construisent pas de nid et ne rongent pas les matériaux, elles se posent en journée dans des « gîtes », et les seuls traces d’occupation sont leurs déjections… Certaines espèces se logent dans des fissures et d’autres dans des pièces volumineuses, suspendues au plafond ou aux poutres de charpente. Elles peuvent occuper les lieux suivants : toiture, charpente, combles, fissures de façades, volets à battants, linteaux de porte-fenêtre, cheminée, cave ou autres pièces du sous-sol.

Comment cohabiter avec des chauves-souris ?

En cas de présence de chauves-souris, il faut éviter de les déranger et de modifier leur habitat. Si vous avez prévu des travaux, évitez de les faire en période de présence des chauves-souris et évitez toute modification de leur habitat (accès, conditions lumineuses, thermiques, traitements de charpente…).

Comment favoriser la présence de chauves-souris ?

Vous pouvez faire des aménagements en faveur des chauves-souris : * Créer des ouvertures sur combles, caves… * Réserver des espaces (linteaux, fissures de façades…). * Installer des gîtes artificiels.* * Créer une mare, planter un verger et des haies d’essences locales. Pour plus d’informations et de conseils, vous pouvez nous appeler ou consulter un chiroptérologue du CEN MP : http://www.cen-mp.org/le-sos-chauve….

* Quelques modèles de gîtes artificiels :

Cartographie