Pelouses sèches calcaires des coteaux et causses

  1. Présentation du milieu
  2. Accès aux fiches espèces des pelouses sèches calcaires des coteaux et causses

Présentation du milieu

Les pelouses sèches sont des formations végétales généralement dominées par des plantes herbacées vivaces, relativement basses (10 à 30 cm de haut en moyenne). La densité du tapis herbacé varie mais demeure globalement faible à moyenne. Leur productivité est beaucoup plus faible que celle des prairies, du fait de nombreux facteurs extérieurs limitants (sécheresse climatique, profondeur du sol faible…).

Ce type de milieu se trouve souvent sur des pentes exposées au soleil et plus rarement sur des zones totalement planes comme les plateaux des causses. Le sol, drainant et peu profond est relativement pauvre en éléments minéraux nutritifs. La présence régulière d’affleurements rocheux traduit également la pauvreté du sol.

JPEG - 253.9 ko
Pelouse sèche sur dalles calcaires
Photo M. Menand
JPEG - 257.1 ko
Pelouse sèche rocailleuse des Grands Causses
Photo M. Menand

Trois principaux facteurs sont nécessaires à l’apparition et au maintien des pelouses sèches. Il s’agit du niveau de xéricité, autrement dit de sécheresse (dépendant de la pluviométrie, de la pente, de l’exposition, de l’épaisseur de sol…), du niveau trophique (qui doit être relativement faible : éléments nutritifs peu disponibles), mais aussi de la fréquence et de la nature de diverses perturbations, qu’elles soient naturelles (érosion, éboulis, crues, actions d’animaux sauvages comme les lapins…) ou anthropiques (fauche, pâturage, brûlis).

JPEG - 234.1 ko
Pelouse sèche rocailleuse (Xerobromion erecti)
Photo M. Menand
JPEG - 168.8 ko
Pelouse sèche sur sol plus profond (Mesobromion erecti)
Photo M. Menand

La xéricité et la pente notamment sont des éléments qui rendent la vie dure et le milieu particulier, ce qui permet le développement d’espèces spécifiques telles que l’ophrys de l’Aveyron (Ophrys aveyronensis) ou le séneçon de Rodez (Senecio ruthenensis) que l’on peut trouver sur des pelouses rocailleuses, et qui sont relativement rares et menacées.

JPEG - 191.1 ko
Pelouse sur sables dolomitiques des Grands Causses
Photo M. Menand
JPEG - 240.8 ko
Pelouse sèche clairsemée sur une crête ventée
Photo M. Menand

Autrefois utilisés pour la culture, notamment des vignes, et le pastoralisme, ces milieux ont progressivement été abandonnés au cours du XXème siècle, contribuant ainsi à une certaine déprise agricole.

Il existe différents types de pelouses sèches :

- les pelouses primaires, présentant une certaine stabilité, se sont installées naturellement et persistent en raison de conditions écologiques drastiques défavorables aux communautés plus évoluées ; la dynamique d’évolution de la végétation est ainsi bloquée ou très lente, imperceptible à l’échelle humaine ;
- les pelouses secondaires, dites semi-naturelles, présentent des conditions de développement plus favorables et se maintiennent grâce à l’Homme pour ses usages (fauche, pâturage, brûlis), au détriment de la forêt ;
- les pelouses tertiaires, représentées par des stades de recolonisation de la végétation sur d’anciennes cultures abandonnées.

JPEG - 52.7 ko
Illustration simplifiée de la dynamique de végétation des pelouses (inspirée de MAUBERT & DUTOIT, 1995)

La pelouse sèche peut parfois être un stade pionnier dans l’évolution d’un paysage, la dynamique naturelle menant à une évolution de cette pelouse vers une fermeture du milieu à travers l’apparition de landes / fourrés puis de boisements (voir à ce sujet le milieu "forêts, fourrés et ourlets des causses et coteaux calcaires").

Ces milieux ouverts contribuent à la diversité des paysages ; elles contrastent en effet par leurs couleurs, leurs physionomies mais aussi par la faune qui s’y développe. En effet, la richesse floristique attire une grande variété de criquets, de papillons ou encore de reptiles, etc.

Ces milieux sont très bien représentés dans notre région : Grands Causses (Aveyron), Causses du Quercy (du Lot jusqu’au nord-ouest du Tarn, en passant par les gorges de l’Aveyron), causses de Labruguière-Caucalières (Tarn), coteaux marno-calcaires de Gascogne, du Tarn et du Tarn-et-Garonne, du Lauragais, du piémont pyrénéen (du massif du Pibeste au Plantaurel)…

JPEG - 238 ko
Pelouse marneuse à stipe (cheveux d’ange)
Photo M. Menand
JPEG - 221 ko
Pelouse marneuse aride à aphyllanthe et stéhéline
Photo M. Menand
JPEG - 243.9 ko
Pelouse sèche oro-méditerranéenne rocailleuse des Pyrénées
Photo M. Menand
JPEG - 224.5 ko
Pelouse sèche oro-méditerranéenne rocailleuse des Pyrénées
Photo M. Menand
JPEG - 181.1 ko
Pelouse sèche des causses du Quercy
Photo M. Menand
JPEG - 160 ko
Pelouse sèche du Lauragais
Photo M. Menand

A l’instar des zones humides, les pelouses sèches sont riches en biodiversité, elles abritent 26 % des plantes protégées au niveau national et 30 % des espèces végétales recensées en France.

Texte rédigé par Ghalia Alem-Raquin et Mathieu Menand
Dernière mise à jour : 27/01/2017

Accès aux fiches espèces

JPEG - 4.5 ko
Ail à tête ronde
Allium sphaerocephalon
JPEG - 5 ko
Orchis pyramidal
Anacamptis pyramidalis
JPEG - 5.9 ko
Phalangère faux-lis
Anthericum liliago
JPEG - 5.2 ko
Aphyllanthe de Montpellier
Aphyllanthes monspeliensis
JPEG - 4.9 ko
Brome érigé
Bromopsis erecta
JPEG - 5.9 ko
Campanule agglomérée
Campanula glomerata
JPEG - 5.5 ko
Laîche glauque
Carex flacca
JPEG - 5.7 ko
Cardabelle
Carlina acanthifolia
JPEG - 5.7 ko
Cupidone bleue
Catananche caerulea
JPEG - 6 ko
Liseron cantabrique
Convolvulus cantabrica
JPEG - 4.1 ko
Dorycnie à 5 folioles
Dorycnium pentaphyllum
JPEG - 6 ko
Genêt horrible
Echinospartum horridum
JPEG - 4.9 ko
Glaïeul d’Italie
Gladiolus italicus
JPEG - 5.2 ko
Hélianthème des Apennins
Helianthemum apenninum
JPEG - 6 ko
Fer-à-cheval à toupet
Hippocrepis comosa
JPEG - 5.5 ko
Inule des montagnes
Inula montana
JPEG - 12.4 ko
Leuzée conifère
Leuzea conifera
JPEG - 4.8 ko
Lin à feuilles étroites
Linum tenuifolium
JPEG - 4 ko
Odontitès jaune
Odontites luteus
JPEG - 6.1 ko
Bugrane striée
Ononis striata
JPEG - 4.8 ko
Ophrys de l’Aveyron
Ophrys aveyronensis
JPEG - 4.3 ko
Ophrys jaune
Ophrys lutea
JPEG - 5.2 ko
Orchis singe
Orchis simia
JPEG - 5.7 ko
Séneçon de Rodez
Senecio ruthenensis
JPEG - 4.9 ko
Sérapias à labelle allongé
Serapias vomeracea
JPEG - 4.3 ko
Séséli des montagnes
Seseli montanum
JPEG - 5 ko
Germandrée petit-chêne
Teucrium chamaedrys
JPEG - 4.9 ko
Thym d’Angleterre
Thymus polytrichus britannicus