Petit Rhinolophe

JPEG - 99.1 ko
Petit Rhinolophe - (c)lylambda
Nom commun : Petit Rhinolophe
Nom latin : Rhinolophus hipposideros
Famille : Rhinolophidés - ordre des Chiroptères
Période d’activité / d’observation : observable toute l’année, hiberne en hiver
Statut réglementaire : Dc, P, DH2, DH4, Fr : LC /Eu : NT

Descriptif et particularités

Le Petit Rhinolophe fait partie des espèces suspendues aux plafonds des grottes en hiver et des combles en été. Des trois rhinolophes de la région, c’est l’espèce la plus petite, la plus courante et la plus proche de l’homme puisqu’on la rencontre fréquemment dans les bâtiments. Proche de l’homme mais pas trop quand même puisque les populations désertent les zones urbaines et petit à petit les zones péri-urbaines… pour préférer le piémont des Pyrénées et autres zones rurales de la région, tel que le Far-Est de l’Aveyron, le Tarn et le Lot. Vous hébergez des Petits rhinolophes chez vous ? Alors vous habitez un bien bel endroit, et tout est dit… il parcourt peu de kilomètres au cours de l’année alors mieux vaut que gîtes et couverts ne soient pas loin ! Il n’est pas rare qu’on le rencontre dans les granges et caves des petits villages habités uniquement l’été, ce qui fait fréquemment la surprise (bonne ou mauvaise) des vacanciers qui n’hésitent pas à se plaindre qu’elles sont arrivées avant eux !

Habitat et écologie

C’est une espèce forestière en activité de chasse, elle fréquente les ripisylves, les haies et les massifs boisés. On la rencontre fréquemment dans les cavités naturelles ou anciennes mines, ainsi que dans les milieux bâtis (combles, granges….). Le Petit rhinolophe est tellement sédentaire qu’il peut passer l’année dans un même site offrant des gîtes aux conditions différentes, tels que les châteaux ayant un accès aux caves (pour l’hiver) et aux combles (pour l’été). Il chasse tout près de son gîte dans une mosaïque d’habitats reliés au gîte par des haies (Némoz et al. 2002). Dans son régime alimentaire on retrouve : Arachnides, Diptères, Lépidoptères, Trichoptères, Hyménoptères, Coléoptères et Hémiptères.

Répartition en Midi-Pyrénées

Le Petit rhinolophe est présent toute l’année en Midi-Pyrénées, il y est même bien présent comparé à d’autres régions de France. Certaines colonies atteignent des effectifs de plusieurs centaines d’individus. La répartition régionale de la population est toutefois très contrastée. Les populations se concentrent dans le piémont pyrénéen, dans les Causses du Quercy et les Grands Causses ainsi que dans les régions vallonnées et bocagères du Tarn et de l’Aveyron. En revanche, les observations en plaine de Garonne et dans les paysages du Gers se font rares.

Menaces

Menacé par la disparition de ses habitats de chasse et de ses gîtes, conséquences de la fragmentation des habitats suite à l’intensification de l’agriculture, le développement du réseau routier, l’urbanisation et tout ce qui s’ensuit : collision routière, intoxication lié aux traitements de charpente et phytosanitaires, etc… la liste est longue ! Les populations reculent des plaines.

Fiche rédigée par Cathie Boléat

Références citées

Némoz M., Barataud M., Roué S. G. & Schwaab F., 2002. Protection et restauration des habitats de chasse du Petit rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) : cartographie des habitats de chasse autour des colonies de mise bas : année 2002. Plan de restauration des Chiroptères : rapport final. SFEPM, Paris, 58 p.

Les chauves-souris peuvent-elles occuper les bâtiments ?

Certaines espèces anthropophiles fréquentent les bâtiments, notamment les greniers et les combles en été. Ces mammifères ne « pullulent » pas, les femelles se rassemblent en colonies en été où chacune met bas un seul jeune par an pendant l’été. Elles ne construisent pas de nid et ne rongent pas les matériaux, elles se posent en journée dans des « gîtes », et les seuls traces d’occupation sont leurs déjections… Certaines espèces se logent dans des fissures et d’autres dans des pièces volumineuses, suspendues au plafond ou aux poutres de charpente. Elles peuvent occuper les lieux suivants : toiture, charpente, combles, fissures de façades, volets à battants, linteaux de porte-fenêtre, cheminée, cave ou autres pièces du sous-sol.

Comment cohabiter avec des chauves-souris ?

En cas de présence de chauves-souris, il faut éviter de les déranger et de modifier leur habitat. Si vous avez prévu des travaux, évitez de les faire en période de présence des chauves-souris et évitez toute modification de leur habitat (accès, conditions lumineuses, thermiques, traitements de charpente…).

Comment favoriser la présence de chauves-souris ?

Vous pouvez faire des aménagements en faveur des chauves-souris : * Créer des ouvertures sur combles, caves… * Réserver des espaces (linteaux, fissures de façades…). * Installer des gîtes artificiels.* * Créer une mare, planter un verger et des haies d’essences locales. Pour plus d’informations et de conseils, vous pouvez nous appeler ou consulter un chiroptérologue du CEN MP : http://www.cen-mp.org/le-sos-chauve….

* Quelques modèles de gîtes artificiels :