Pic mar

Dendrocopos medius

Nom commun : Pic mar
Nom latin : Dendrocopos medius
Famille : Picidés
Période d’activité / d’observation : Février à avril
Statut réglementaire : Espèce déterminante ZNIEFF

Descriptif et particularités

Ce pic fait environ 20-22 cm de longueur pour 33-34 cm d’envergure. Il est un tout petit peu plus petit que le Pic épeiche avec qui on peut facilement le confondre et il est très difficile de différencier le mâle de la femelle sur le terrain. Pour différencier le Pic mar du Pic épeiche, il faut surtout regarder la tête, le Pic mar a un bec plus petit et plus fin que celui du Pic épeiche, sa face est blanche et le trait malaire noir n’atteint pas le bec et surtout, sa calotte est entièrement rouge. Pour le différencier du Pic épeichette, c’est le dos qu’il faut regarder, le Pic mar possède 2 grandes taches blanches sur le dos noir alors que celui du Pic épeichette est noir avec de petit points blancs, et le Pic mar est beaucoup plus grand que le Pic épeichette.

JPEG - 123.9 ko
Pic mar
(Dendrocopos medius)
JPEG - 222.9 ko
Pic mar
(Dendrocopos medius)

Le Pic mar est très territorial et il défend activement son territoire, accueillant les intrus par de grands cris et de grandes démonstrations, notamment en dressant vigoureusement sa calotte rouge, il ressemble alors à un punk.

Habitat et écologie

Le Pic mar vit de préférence dans de vieilles forêts de chênes ou au moins des forêts caduques avec une grande proportion de chênes matures (100 ans et plus). Les charmes et merisiers complètent ses arbres de prédilection. Très territorial il récupère sa zone de nidification à partir du mois de Février, c’est à ce moment qu’on commence à entendre son fameux cri de cochon.

Répartition en Midi-Pyrénées

La répartition du Pic mar n’est pas connue avec certitude mais on peut le trouver au nord et au sud de la région Midi-Pyrénées, notamment dans le Tarn, les Hautes-Pyrénées et la Haute-Garonne. De récentes études tendent à montrer que l’espèce semble en expansion, grâce, en particulier au vieillissement de nombreux bois dans la région. La population localisée du sud de la région pourrait très bientôt entrer en contact avec le reste de la population européenne dont les plus proches représentants se trouvent dans le Tarn.

Menaces

La menace principale planant sur le Pic mar est l’exploitation forestière qui le prive des arbres matures dont il a besoin, l’enrésinement et les coupes à blancs sont ses pires ennemis. Cependant, l’arrivée à maturité de nombreux bois de chênes a permis à l’espèce de reprendre des couleurs, du moins jusqu’au prochain passage des tronçonneuses si l’on y prend pas garde.

Fiche rédigée par David Hamon