Pulmonaire affine

Nom commun : Pulmonaire affine
Nom latin : Pulmonaria affinis
Famille : Boraginacées
Période d’activité / d’observation : mars-avril
Statut réglementaire : aucun

Descriptif et particularités

C’est une plante vivace de 15 à 30 cm , formant souvent de petites colonies. Les feuilles sont vert sombre avec des taches blanches et couvertes de poils. Les fleurs sont composées de 5 pétales soudés en forme d’entonnoir. La corolle est tout d’abord rose, puis violette pendant la floraison et bleue après la pollinisation. Elles sont groupées au sommet des tiges. Les fruits sont constitués de 4 akènes (nucules). La partie souterraine est un rhizome qui produit des feuilles après la floraison et des tiges florifères l’année suivante.

JPEG - 198 ko
Pulmonaire affine
(Pulmonaria affinis)
JPEG - 118.3 ko

On l’appelle aussi « coucou bleu » car avec ses clochettes, elle rappelle le coucou (la primevère officinale : Primula veris). Ses feuilles basales tachées de blanc font penser à un poumon malade, c’est pourquoi on lui a donné le nom de pulmonaire. A ce propos, il est intéressant de rappeler ce qu’a été la « Théorie des signatures ». Paracelse (1493-1541), médecin suisse, fut le premier à rechercher dans les simples les principes actifs et il développa cette théorie : chaque plante, de par la forme de ses feuilles ou de ses racines doit indiquer à l’homme ce qu’elle peut soigner. La pulmonaire a des feuilles qui ressemblent à un poumon malade, alors elle doit soigner les maladies du poumon. De même, l’intérieur d’une noix, avec ses deux hémisphères ressemblant à un cerveau, doit soigner les maux de tête. Certains orchis, ayant des tubercules qui ressemblent à deux testicules, seront aphrodisiaques, etc.

Habitat

Bois clairs, haies, lisières. Présent partout dans la région, de la plaine jusqu’à 1200 m.

Menaces

Aucune menace sur cette espèce n’est actuellement à signaler

Utilisation

Toutes les parties aériennes de la plante contiennent des mucilages, des tanins et de la saponine. Ces composants ont des vertus apaisantes pour les problèmes respiratoires. Les jeunes feuilles se consomment en salade. Plus tard, on les utilise en légume à cuire. Les fleurs sont très belles dans une salade. Elle est cultivée comme plante ornementale, en particulier une variété horticole avec des fleurs très bleues

Sources

« La médecine par les plantes » de Jean Marie Pelt chez Fayard « Guide des plantes comestibles » de F. Couplan et E. Styner chez Delachaux et Niestlé « La grande encyclopédie des fleurs sauvages » chez Gründ

Fiche rédigée par Bernard Escaut