Rat des moissons

Nom commun : Rat des moissons
Nom latin : Micromys minutus (Pallas, 1771)
Famille : Muridés – ordre des Rongeurs
Période d’activité / d’observation : principalement nocturne, peut être observé toute l’année (avec une activité ralentit en hiver
Statut réglementaire:en préoccupation mineure (LC) sur la liste rouge IUCN France.
  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Cartographie

Descriptif et particularités

Plus petit rongeur d’Europe, sa taille varie de 5 à 7,5 cm, avec une queue de 4 à 6,5 cm. Il pèse aux environs de 6-7 g. Brun-roux vif sur le dos avec les flancs orangés, il présente une ligne de démarcation nette avec son ventre blanc. Il présente une tête ronde, et ses oreilles dépassent nettement de la fourrure.

Habitat et écologie

A l’origine, il fréquentait surtout les zones humides à végétation haute et dense telles que les roselières ou les clairières en forêt humide, milieux dans lesquels on le retrouve encore aujourd’hui en abondance. Il peut aussi occuper les milieux marqués par leur diversité structurelle : haies, lisières forestières, prairies de fauche, etc. Il s’est par la suite adapté secondairement aux champs de céréales (maïs notamment), d’où son nom associé aux céréales. En automne puis en hiver, les champs fauchés devenus inhospitaliers, il se réfugie sur les talus enherbés ceinturant les cultures, dans les granges ou les greniers. Bon grimpeur, il passe beaucoup de temps au-dessus du sol à la recherche de graines notamment. Principalement nocturne, il n’est pas rare de le voir actif aussi le jour (surtout en hiver) où il alterne périodes d’activités et de repos par cycle de 2 heures environs. Toutefois en hiver, son activité ralentit.

Sa période de reproduction s’étend d’avril à septembre, la femelle donnant naissance de 2 à 12 jeunes (moyenne de 5), plusieurs fois dans l’année. Ces jeunes présentent une croissance très rapide, puisqu’ils sont sevrés au bout de 18 jours, et atteignent leur maturité sexuelle à 6 semaines. La femelle confectionne un nid sphérique d’une dizaine de centimètres de diamètre, à une hauteur de 20 à 50 cm du sol, camouflé dans la végétation. La particularité de ce nid est la présence d’une ouverture latérale. A chaque mise bas, la femelle construit un nouveau nid. Les jeunes sont alors élevés dans un nid de plus grande taille.

Son régime alimentaire se compose majoritairement de graines, pousses vertes, fruits et baies mais aussi parfois d’invertébrés. Il consomme environ 30 % de son poids en nourriture par jour. Parmi ses prédateurs, on retrouve les petits carnivores, les rapaces, ainsi que les serpents.

Répartition en Midi-Pyrénées

Présent en faible densité, on le retrouve néanmoins dans toute la région, se raréfiant dans le Lot et l’Aveyron, sans doute dû à une sous-prospection dans ces secteurs. On le rencontre majoritairement en plaine, jusqu’à 500 m d’altitude mais peut atteindre 1700 m d’altitude.

Menaces

Les menaces concernent : - le déclin par perte ou altération de leur habitat, en particulier les zones humides ; - mécanisation de l’agriculture, intensification des pratiques agricoles et utilisation de pesticides ; - la prédation par le chat domestique.

Fiche rédigée par Benjamin Piccinini et Aude Gaborit-Loret - Novembre 2018

Les chauves-souris peuvent-elles occuper les bâtiments ?

Certaines espèces anthropophiles fréquentent les bâtiments, notamment les greniers et les combles en été. Ces mammifères ne « pullulent » pas, les femelles se rassemblent en colonies en été où chacune met bas un seul jeune par an pendant l’été. Elles ne construisent pas de nid et ne rongent pas les matériaux, elles se posent en journée dans des « gîtes », et les seuls traces d’occupation sont leurs déjections… Certaines espèces se logent dans des fissures et d’autres dans des pièces volumineuses, suspendues au plafond ou aux poutres de charpente. Elles peuvent occuper les lieux suivants : toiture, charpente, combles, fissures de façades, volets à battants, linteaux de porte-fenêtre, cheminée, cave ou autres pièces du sous-sol.

Comment cohabiter avec des chauves-souris ?

En cas de présence de chauves-souris, il faut éviter de les déranger et de modifier leur habitat. Si vous avez prévu des travaux, évitez de les faire en période de présence des chauves-souris et évitez toute modification de leur habitat (accès, conditions lumineuses, thermiques, traitements de charpente…).

Comment favoriser la présence de chauves-souris ?

Vous pouvez faire des aménagements en faveur des chauves-souris : * Créer des ouvertures sur combles, caves… * Réserver des espaces (linteaux, fissures de façades…). * Installer des gîtes artificiels.* * Créer une mare, planter un verger et des haies d’essences locales. Pour plus d’informations et de conseils, vous pouvez nous appeler ou consulter un chiroptérologue du CEN MP : http://www.cen-mp.org/le-sos-chauve….

* Quelques modèles de gîtes artificiels :

Cartographie