Rat noir

Rattus rattus

Nom commun : Rat noir
Nom latin : Rattus rattus (Linnaeus, 1758)
Famille : Muridés – ordre des Rongeurs
Période d’activité / d’observation : : surtout nocturne, peut être observé toute l’année (avec un pic d’activité du printemps à l’automne).
Statut réglementaire:en préoccupation mineure (LC) sur la Liste Rouge IUCN France.
  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Cartographie

Descriptif et particularités

De longueur allant de 16 à 23 cm, avec une queue un peu plus longue que le corps (entre 17 et 28 cm), le rat noir est, comme son nom l’indique, de coloration sombre sur le dos, principalement gris-noir, avec un ventre plus clair. Il est caractérisé par des yeux saillants, un museau pointu, et de grandes oreilles presque translucides. Son poids varie de 135 à 230 g.

Habitat et écologie

Originellement arboricole, on le retrouve aujourd’hui principalement dans ou à proximité des habitations. Animal nocturne, c’est un rongeur qui, comme le rat surmulot (Rattus norvegicus), vit en colonie hiérarchisée, défendant un territoire de 15 à 30 m². Ils peuvent néanmoins parcourir jusqu’à 100 m pour explorer.

En temps normal, la reproduction a lieu de mars à octobre, mais peut s’étirer sur toute l’année si les conditions sont favorables. La femelle met bas entre 4 et 10 jeunes, après une gestation de 3 semaines. Les jeunes s’émancipant vite (au bout d’un mois et demi), la femelle peut avoir de 3 à 6 portées par an.

Omnivore comme le rat surmulot, son régime alimentaire se compose majoritairement de fruits, céréales et invertébrés. Il peut collecter sa nourriture sur son territoire, et l’amasser pour en faire des réserves. Petits carnivores et rapaces sont ses principaux prédateurs.

Répartition en Midi-Pyrénées

Présent dans toute la région, mais de façon assez hétérogène, avec des densités très variables.

Menaces

La principale menace à l’heure actuelle est la compétition avec le rat surmulot. Rongeur, il est aussi victime des raticides. Grâce à son cycle de reproduction, et comme le rat surmulot, les populations s’adaptent et se reforment néanmoins assez vite.

Fiche rédigée par Benjamin Piccinini et Élodie Le Souchu - Novembre 2018

Les chauves-souris peuvent-elles occuper les bâtiments ?

Certaines espèces anthropophiles fréquentent les bâtiments, notamment les greniers et les combles en été. Ces mammifères ne « pullulent » pas, les femelles se rassemblent en colonies en été où chacune met bas un seul jeune par an pendant l’été. Elles ne construisent pas de nid et ne rongent pas les matériaux, elles se posent en journée dans des « gîtes », et les seuls traces d’occupation sont leurs déjections… Certaines espèces se logent dans des fissures et d’autres dans des pièces volumineuses, suspendues au plafond ou aux poutres de charpente. Elles peuvent occuper les lieux suivants : toiture, charpente, combles, fissures de façades, volets à battants, linteaux de porte-fenêtre, cheminée, cave ou autres pièces du sous-sol.

Comment cohabiter avec des chauves-souris ?

En cas de présence de chauves-souris, il faut éviter de les déranger et de modifier leur habitat. Si vous avez prévu des travaux, évitez de les faire en période de présence des chauves-souris et évitez toute modification de leur habitat (accès, conditions lumineuses, thermiques, traitements de charpente…).

Comment favoriser la présence de chauves-souris ?

Vous pouvez faire des aménagements en faveur des chauves-souris : * Créer des ouvertures sur combles, caves… * Réserver des espaces (linteaux, fissures de façades…). * Installer des gîtes artificiels.* * Créer une mare, planter un verger et des haies d’essences locales. Pour plus d’informations et de conseils, vous pouvez nous appeler ou consulter un chiroptérologue du CEN MP : http://www.cen-mp.org/le-sos-chauve….

* Quelques modèles de gîtes artificiels :

Cartographie