Retour sur le stage botanique 2014

Stage effectué du 16 au 18 mai 2014, sur les communes de Lalbenque et Montdoumerc dans le Lot (Causse de Limogne). Hébergement au gîte de Poudally à Lalbenque. Animation par Mathieu Menand.

12 participants et une très bonne ambiance : Nicolas, Françoise, Paul, Nelly, Catherine, Laure, Michèle, Emilie, Henri, Nadine, Jérôme et Julia.

Un grand merci à Elsa Déléris, propriétaire du gîte de Poudally, pour son accueil chaleureux et sa très bonne cuisine, dans un gîte fabuleux : http://www.poudally.com/

La météo a été clémente et nous avons bénéficié de 3 magnifiques journées.

Jour 1 : autour du gîte, lieux-dits Poudally, les Clos et Périnet, commune de Lalbenque

Après un petit café offert par le gîte, et le temps que tout le monde arrive à bon port, nous débutons la formation vers 10h. Inutile de préciser que nous n’avons pas beaucoup avancé cette première matinée. Nous pouvons même dire que nous n’avons pas du tout bougé… Les 2 premières heures sont l’occasion de passer en revue le vocabulaire de base employé en botanique, de la forme des feuilles au nombre d’étamines, en passant par le système racinaire, la corolle et autres termes qu’il faut absolument connaître. Il est également important de prendre conscience de la place du végétal dans notre environnement : notion d’écosystème, interaction avec la faune, reproduction, dissémination, etc.).

Après le pique-nique pris au gîte, nous parcourons un chemin ombragé, entre 2 grandes haies, ce qui nous permet de passer en revue les espèces d’arbres et d’arbustes communs dans ce secteur : chêne pubescent, érable de Montpellier, aubépine, prunellier, cornouiller sanguin, nerprun alaterne, chèvrefeuille des Etrusques, viorne lantane… Quelques plantes herbacées n’échappent pas à l’oeil des participants. Qu’est-ce que c’est ? Comment différencier ce géranium d’un autre ? Comment affirmer qu’une plante fait partie de la famille des Lamiacées ? Tous ces points sont abordés, au fil de la balade, en fonction des plantes qui se développent le long du chemin. Nous y trouvons par exemple le géranium herbe-à-Robert, l’arum d’Italie, la croisette lisse ou encore des orchidées comme l’ophrys bécasse et l’orchis singe.

Nous traversons la RD26 et changeons radicalement de milieu. Nous cheminons à travers les pelouses sèches des Clos et de Périnet, où une grande diversité floristique nous attend.

Crédit : Mathieu Menand

Bien évidemment, nous n’étudions pas toutes les plantes observées, nous nous arrêtons plus longuement sur des espèces nous permettant d’aborder des points de vocabulaire particuliers : tige carrée, feuilles verticillées, corolle à 2 lèvres, fruit en capsule, etc. Une bonne trentaine d’espèces seront détaillées au cours de cette première journée, dont l’anthyllide des montagnes, la globulaire commune, la renoncule et la marguerite à feuilles de graminée…

Anthyllide des montagnes et marguerite à feuilles de graminée (photos Mathieu Menand) Renoncule à feuilles de graminée et globulaire commune (photos Mathieu Menand)

JPEG - 52.9 ko
Sauge des prés prise sous toutes les coutures, crédit : Laure Guillot

Le soir, après un très bon repas, nous étudions dans le gîte quelques plantes ramassées la journée, grâce à une loupe binoculaire. Les participants qui le souhaitent apprennent à utiliser une clé de détermination.

Jour 2 : au sud du bourg, lieux-dits Riols et les Bories, commune de Lalbenque

Nous partons toute la journée pour réaliser une petite boucle au départ de l’intersection de Lagaric. Nous rejoignons d’abord le hameau du Riols par une petite route très peu fréquentée. Nous longeons des murets en pierre et des haies, l’occasion de montrer quelques plantes communes. Puis nous descendons vers le ruisseau de Lemboulas, nous permettant de parler de pas mal d’espèces poussant dans les pelouses sèches.

(Photos : Mathieu Menand)

Voici quelques espèces observées : le genêt d’Espagne (à ne pas confondre avec le spartier), de la famille des « Légumineuses », le limodore (une orchidée parasite), la véronique germandrée, la bryone (une liane de la famille des Cucurbitacées qui grimpe grâce à des vrilles), etc. De nombreuses orchidées ont pu être déterminées

Limodore à feuilles avortées et véronique germandrée (photos Laure Guillot)

Après la pause pique-nique, nous avons aussi visité une prairie humide et observé quelques plantes poussant sur les rochers, par exemple des orpins (possédant des feuilles « grasses »). Nous avons eu la surprise à la fin de découvrir une belle centaurée aux fleurs bleues, en lisière d’une chênaie sèche.

(photos Michèle Lagadu et Mathieu Menand) Genêt d’Espagne et centaurée de Triumfetti (photos Mathieu Menand)

En fin d’après-midi et le soir (après le repas), nous nous retrouvons en salle pour une synthèse des observations de la journée, une mise au point sur le vocabulaire et quelques familles étudiées, un diaporama sur l’apprentissage de la botanique et une revue des ouvrages de référence à utiliser lorsque l’on débute dans cette discipline.

Jour 3 : retenue de Lartigue, commune de Montdoumerc

Pour ce dernier jour de stage, nous changeons de décor et allons effectuer une boucle autour de l’étang principal de la retenue de Lartigue.

Après avoir observé quelques espèces communes poussant sur un talus, nous étudions quelques plantes hygrophiles, c’est-à-dire qu’elles se développent dans des zones humides, ici la bordure de l’étang. Nous notons par exemple l’iris des marais, reconnaissable à ses grandes fleurs jaunes et ses feuilles très allongées, la scrofulaire à oreillettes, la renoncule rampante, la menthe aquatique (avec son odeur caractéristique) et même des graminées, des joncs et des carex…

D’autres milieux sont prospectés, comme des rochers ombragés ou une belle chênaie.

(photos Mathieu Menand)

Les participants sont studieux, mais dans une atmosphère conviviale et détendue ; quelques pauses sont tout de même nécessaires…

(photos Mathieu Menand)

De très jolies plantes sont largement photographiées par les stagiaires, notamment le long du bois : glaïeul d’Italie, campanule à feuilles de pêcher, valériane officinale, centaurée de Triumfetti, grémil pourpre-bleu, phalangère à fleur de lys… L’observation de 2 espèces protégées, le rosier de France, et le très rare ail de Sicile sont le point d’orgue de cette magnifique journée.

Le stage est conclu par une petite synthèse sur l’apprentissage de la botanique et sur les 3 journées passées ensemble.

Ail de Sicile et rosier de France (photos Mathieu Menand)