Retour sur le stage herpétologique 2014

Compte-rendu en images du stage effectué à Montségur (Ariège) les 09, 10 et 11 mai 2014 au gîte d’étape « Lou Sicret ». Animation : Gilles Pottier et Romain Datcharry (stagiaire de Master 2, université Paul Sabatier).

11 participants aussi sympathiques que dynamiques (dont une ophiophobe ayant triomphé de sa phobie !) : Christine, Coralie, Nicole, Pauline, Benjamin, Hermann, Laurent, Jean-Philippe, Julien, Stanislas et Philippe. Merci à vous tous !

…Et un très grand merci à Jean-Luc et Graziella pour la qualité de leur accueil et de leur merveilleuse cuisine !

Jour 1 : vendredi 09 mai. Météo : froid et couvert.

JPEG - 111.2 ko

Les stagiaires sont accueillis vers 09h00 avec force café (certains viennent de loin et se sont levés tôt : Auvergne, Berry…), thé, jus de fruit et viennoiseries, puis nous attaquons par un exposé en salle ayant pour principal objectif de pulvériser, atomiser et anéantir (dans cet ordre là, précisément), le tombereau d’idées reçues qui circulent au sujet des reptiles et des amphibiens : « Il faut qu’il fasse bien chaud pour observer des serpents » et autres contre-vérités patentées qui ne peuvent que ruiner toute vocation herpétologique naissante.

Nous déjeunons ensuite - fort bien - au gîte puis co-voiturons jusqu’à la commune voisine pour rendre visite au Calotriton des Pyrénées (Calotriton asper, endémique strict de la chaîne), qui fréquente là un beau torrent forestier, en contexte de hêtraie-sapinière.

JPEG - 169 ko
Photo de Gilles Pottier

Découverte de l’habitat du Calotriton, qui cohabite à cet endroit avec la Salamandre tachetée (Salamandra salamandra).

JPEG - 114.3 ko
Photo de Gilles Pottier

Jeune adulte portant une ligne vertébrale jaune, interrompue par endroits.

JPEG - 122.1 ko
Photo de Gilles Pottier

Adulte plus âgé, à robe uniforme.

JPEG - 99.7 ko
Photo de Romain Datcharry

Comparatif entre larve de Salamandre tachetée (à G.) et de Calotriton (à D.), permettant d’apprécier les différences de proportion et de livrée entre les deux espèces à l’état larvaire (la tête du Calotriton est proportionnellement plus allongée, notamment).

JPEG - 203.6 ko
Photo de Romain Datcharry

Nous quittons le torrent des Calotritons pour une grande flaque de bord de route très ordinaire. Mais… ni poisson ni poison, les conditions sont réunies !

JPEG - 43.9 ko
Photo de Gilles Pottier

Nous y observons d’abord la Grenouille rousse (Rana temporaria), à l’état de têtards (ci-dessus, suçotant la surface)…

JPEG - 90.9 ko
Photo de Gilles Pottier

…mais aussi à l’état de jeunes métamorphes.

JPEG - 100.8 ko
Photo de Gilles Pottier

La mare héberge aussi de nombreux Tritons palmés (Lissotriton helveticus), mâles (ci-dessus) et femelles.

JPEG - 136.5 ko
Photo de Romain Datcharry

Sur le chemin du retour, un petit arrêt minute nous permet de trouver une très jeune Couleuvre vipérine (Natrix maura), qui se chauffait sous un petit morceau de tôle rouillée. C’est le premier serpent du stage !

JPEG - 151.7 ko
Photo de Romain Datcharry

Retour au gîte et… à table ! Au menu : truite bio au feu de bois… Un régal absolu.

Jour 2 : samedi. Météo idéale : belle matinée ensoleillée puis ciel partiellement couvert

JPEG - 169.5 ko
Photo de Romain Datcharry

Sur le terrain dès 09h00, notre groupe croise une dame plutôt bien équipée en matériel photo, prenant quelques clichés de fleurs sauvages. Comme elle m’entend dire « Regardez bien les talus, les Lézards verts devraient être sortis », elle se permet de me corriger avec ce subtil mélange d’assurance et d’ironie qui est la marque même des esprits infiniment instruits : « Je ne voudrais pas vous contrarier, mais il ne fait pas assez chaud, vous n’en verrez pas ». Nous observons le premier 3 mn après, ce qui vaut évidemment son pesant d’or fin en matière pédagogique. Puis les observations de l’espèce s’enchaînent les unes après les autres : juvéniles, mâles, femelles (ci-dessous)… Toute la population est de sortie !

JPEG - 172.3 ko
Photo de Romain Datcharry
JPEG - 89.6 ko
Vipère aspic mâle. Photo de Romain Datcharry.

Vient ensuite le tour des Vipères aspics (Vipera aspis) (cinq sur 500 m), de tous âges et de tous sexes (mâle ci-dessus, juvénile ci-dessous). Toutes de la sous-espèce pyrénenne V. a. zinnikeri, of course.

JPEG - 111.4 ko
Vipère aspic juvénile. Photo de Gilles Pottier.
JPEG - 173 ko
Lézard des murailles femelle. Photo de Romain Datcharry.

Les Lézards des murailles (Podarcis muralis) sont très nombreux le long de ce chemin bordé de murets, où nous croisons aussi une Grenouille rousse adulte (ci-dessous), de même qu’un Orvet fragile (Anguis fragilis), qui, pudique, a disparu dans une fissure avant que nous puissions le photographier.

JPEG - 142.5 ko
Grenouille rousse. Photo Romain Datcharry.
JPEG - 177.4 ko
Couleuvre vipérine. Photo de Jean-Philippe Thelliez.

Vers 12h30, nous pique-niquons au bord d’une rivière et plantons la longue-vue de Jean Philippe en rive droite… pour observer les Couleuvres vipérines qui se chauffent en rive gauche, à mi-ombre (le soleil tape trop fort pour une héliothermie à découvert). Ci-dessus, un individu qui a donné du fil à retordre à ceux qui ont tenté de le localiser aux jumelles (« Mais noooon, pas là. Tu regardes trop à droite. C’est simple : en fait, elle est juste en-dessous de la tige sèche, dans l’ombre, à droite du galet gris qui déborde de la touffe de racines un peu rouges, à côté du petit replat avec de la mousse »).

JPEG - 140.7 ko
Coronelle lisse. Photo de Romain Datcharry.

Ensuite, petite excursion digestive au fil de l’eau, ce qui nous permet de voir une 3ème espèce de serpent : la Coronelle lisse (Coronella austriaca) (ci-dessus), de même que de nombreuses Couleuvres vipérines. L’opportunité d’un petit comparatif entre ces deux espèces que les débutants ont parfois tendance à confondre.

JPEG - 83 ko
Coronelle lisse (adulte) VS Couleuvre vipérine (jeune). Photo de Romain Datcharry.
JPEG - 149.2 ko
Accouplement - plutôt tardif - de Crapauds épineux. Photo de Jean-Philippe Thelliez.

Un comparatif qui n’intéresse absolument pas les Crapauds épineux (Bufo spinosus) de la rivière voisine, qui préfèrent s’accoupler…

Comme il fait à présent trop chaud pour l’observation des reptiles, nous retournons au gîte boire quelques verres en terrasse. Nous retournons sur le terrain aux environs de 17h30, car les conditions météo sont redevenues bonnes : le ciel s’est ennuagé mais le sol est encore tiède… Idéal pour la tigmothermie ! (thermorégulation par conduction substrat-corps). De fait, c’est un vrai festival : Lézards verts, Lézards des murailles et une belle Vipère aspic femelle.

JPEG - 183.7 ko
Jolie Vipère aspic croisée en fin d’après-midi vers 17h45. La queue encore un peu terreuse indique que cet animal n’a pas encore effectué sa mue post-hivernale. Photo de Gilles Pottier.
JPEG - 196.3 ko
JPEG - 202.6 ko
La bête se laissant observer et photographier. Photos de Gilles Pottier.
JPEG - 221.3 ko
Une des nombreuses femelles de Lézard vert croisées durant cette fin d’après midi. Photo de Jean-Philippe Thelliez.

Comme nous avions raté jusqu’ici l’espèce la moins ratable du Sud-Ouest, à savoir la Couleuvre verte-et-jaune (Hierophis viridiflavus), nous commencions à désespérer d’en croiser une… Mais la chance nous a finalement souri : un beau mâle adulte de 120 cm environ a été découvert dans cet océan de Vipères aspics.

JPEG - 269.2 ko
La Couleuvre verte-et-jaune observée en fin d’après-midi. Photo de Jean-Philippe Thelliez.
JPEG - 160 ko
La même, sous le feu des photographes. Photo de Gilles Pottier.

Jour 3 : météo franchement pourrie en matinée puis petite fenêtre d’éclaircies l’après-midi.

Petit-déjeuner copieux puis décollage pour les environs du Mas d’Azil (chaînon du Plantaurel) afin d’observer diverses autres espèces dont le Lézard ocellé, plutôt localisé et pas facile à observer en Ariège… sauf dans ce coin là, quelque part.

Nous rendons d’abord visite, sous la pluie, à de jolies mares abritant le Triton marbré (Triturus marmoratus), que nous ne verrons pas car la surface de l’eau est perpétuellement agitée par les gouttes et le regard ne parvient pas à surmonter cet obstacle visuel. Comme il n’est pas question de bourrinement chaluter la mare à l’épuisette, nous resterons sur notre faim … Il faudrait revenir de nuit, à la frontale. Une autre fois ! De retour aux voitures, nous croisons sur le parking une espèce rare, emblématique des réseaux karstiques du Plantaurel : l’Hervé Brustel (Hervaeus brustelus purpani), un robuste coléoptère souterrain.

JPEG - 209.1 ko
Photo de Romain Datcharry

On enchaîne avec une pause café au Mas et la visite d’un joli coteau rocheux des environs. Il ne pleut plus (c’est déjà ça), mais la température est encore excessivement basse et les reptiles ne se montrent pas, excepté un mâle de Lézard catalan (Podarcis liolepis) qui restera sur le perron de son gîte.

JPEG - 200.4 ko
Lézard catalan un peu frileux… Photo de Jean-Philippe Thelliez.

Hermann, qui est parti explorer les environs, revient avec une information précieuse : il a découvert une plaque en caoutchouc portant la mystérieuse inscription « Inventaire herpétologique, ne pas déplacer. Renseignements : 05 34 31 97 32 ». Hé hé… Il s’agit tout simplement d’une plaque déposée l’année précédente par Pierre-Olivier « POC » Cochard, collègue herpétologiste de Nature Midi-Pyrénées, et qui n’avait rien donné lors du stage herpéto 2013 (ce type de dispositif ne fonctionne souvent qu’au bout d’un an, après que les serpents l’aient trouvé et l’utilisent pour se chauffer à couvert). Nous nous rendons sur place, nous soulevons la plaque et… bingo, énorme mâle adulte de Couleuvre verte-et-jaune ! POC, tu es vengé !

JPEG - 242.6 ko
JPEG - 161.5 ko
Photos de Romain Datcharry.

Entretemps, le ciel est devenu plus lumineux et la température grimpe timidement… Une éclaircie se profile ! Hop, hop, hop, pas une minute à perdre, direction THE spot à Lézards ocellés.

JPEG - 261.1 ko
Lézard ocellé mâle observant le groupe de primates en train de l’observer. Photo Jean-Philippe Thelliez.

Et c’est sur cette image de dinosaure à points bleus, prise à la longue vue, que se termine l’édition 2014 du stage herpéto de Nature Midi-Pyrénées.

A bientôt !

Compte-rendu de Gilles Pottier