Retour sur une semaine active à la ConfluenceS

La semaine dernière a été bien animée sur le territoire de la nouvelle Réserve Régionale Naturelle ConfluenceS Garonne-Ariège.

Lundi 15 juin : Demi-journée technique sur les Plantes Exotiques Envahissantes En effet, dès le lundi, Mathieu O. (chargé de mission ConfluenceS Garonne-Ariège à Nature Midi-Pyrénées) accompagné de Michèle J.( Coordinatrice du Pôle Zone Humide), de Mathieu M. ( Chargé d’études botaniques et milieux naturels ) et Nelly DP (Technicienne Zones Humides) ont co-animé une demi-journée technique sur le thème des plantes exotiques envahissantes (identification et techniques de gestion).

Lors de cette rencontre, le SICOVAL représenté par Bertrand Mazellier a présenté ses expériences menées sur la gestion de certaines plantes dites envahissantes (en particulier Les Renouées et le Robinier), dans le cadre d’un contrat Natura 2000 accompagné par l’association Migado, sur les ramiers de Lacroix-Falgarde et de la Riverotte, parcelles intégrées à la nouvelle Réserve. Renouée du Japon

Pour aller plus loin :

http://pee.cbnpmp.fr/

http://www.catezh.naturemp.org/

Mardi 16 juin : Animation BPJEPS en partenariat avec REFLETS

En partenariat avec l’association REFLETS, Mathieu O. et Mickaël N. de Nature Midi-Pyrénées ont fait découvrir, à de futurs animateurs, le Parc du Confluent et ses potentialités comme support pédagogique pour des animations d’éducation à l’environnement. Cette intervention s’intègre dans une formation BPJEPS (diplôme d’Etat d’animation) à thématique sur l’éducation à l’environnement et de le développement durable. Cette formation traite en particulier de l’eau et du milieu naturel, dans une démarche expérimentale. Elle vise également à comprendre les logiques de territoire, ses enjeux et ses acteurs, comme la Réserve Naturelle Régionale ConfluenceS Garonne-Ariège.

Jeudi 18 juin : Animation groupe scolaire au Parc du Confluent

Une vingtaine d’élèves de grande section de l’Ecole maternelle Reille de Toulouse, se sont retrouvés au parc du Confluent à Portet sur Garonne, pour une immersion dans la nature des bords de Garonne au cœur de la Réserve Naturelle ConfluenceS Garonne-Ariège.

Après une phase de présentation, les enfants ont été invités à énumérer les animaux qu’ils connaissaient… Après écoute attentive des bruits de la nature, force a été de constater que ni "poule", ni "vache", ni même "paon" n’habitent les lieux. Mais quels animaux fréquentent donc ces forêts, prairies, mares et rivières ?

Un petit béret nous a ensuite permis d’avoir un aperçu de la faune qui vit en ces lieux.

Qui a des ailes ? : la libellule et le martin-pêcheur. Qui a 4 pattes ? : la cistude et le ragondin. Qui a des écailles ? : le gardon et la cistude. C’est parti, en route vers cette biodiversité sauvage !

C’est d’abord près des eaux calmes d’une mare que nous avons été accueillis par l’œil rouge et le plumage contrasté du héron bihoreau qui, ne déplaise aux enfants, s’est complu à lisser son plumage à une dizaine de mètres du groupe, à peine perturbé par le chant moqueur des grenouilles rieuses.

Sapristi, d’où viennent tous ces galets qui ralentissent notre avancée ? Nous nous le sommes laissés conter par Barnabé le galet, qui s’est retrouvé bien malgré lui emporté par la Garonne à des kilomètres de ses Pyrénées natales, la mine usée par les remous et le courant du fleuve capricieux puis déposé au gré des crues, sur la terre ferme des ramiers. Ce sont ces mêmes galets qui aujourd’hui tracent nos routes et consolident parfois nos maisons.

Midi : rencontre avec Garonne et l’Aigrette garzette, qui au loin, use son bec à la chasse des petits poissons et crustacés qu’elle déniche sous les cailloux. Tiens, il y a donc aussi de la vie sous les cailloux ??

C’est ce que nous avons pu constater grâce à un petit échantillond’invertébrés aquatiques récoltés quelques heures auparavant et admirés comme un trésor au cœur de la ronde. Limnées, larves de libellule et de moustique ou encore notonectes et gerris, tant de petit animaux silencieux qui ont su se faire oublier de nos oreilles pourtant attentives du matin.

Les vertébrés n’ont pas été en reste, sur le bord des chemins, où traces de sangliers et de chevreuils ont été observées.

En bref, une belle rencontre entre la biodiversité locale, riche et foisonnante, à deux pas de nos habitations citadines.