Rossignol philomèle

Luscinia megarhynchos

  • Nom commun : Rossignol philomèle
  • Nom latin : Luscinia megarhynchos
  • Famille : Muscicapidés
  • Période d’activité / d’observation : nicheur, migrateur présent d’avril à août-septembre
  • Statut réglementaire : protégé, préoccupation mineure sur les listes rouges nationale et mondiale

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

JPEG - 35.3 ko

Philomèle, quel drôle de nom ! Toutefois à entendre les vocalises de cette petite boule de plume, on comprend rapidement en quoi cet oiseau « aime le chant ». C’est en effet d’abord à l’oreille (même la nuit !) que l’on détecte le Rossignol philomèle. Son un chant étonnamment puissant et varié se compose de phrases alternant notes flûtées mélodiques, et émissions sonores répétitives évoquant un peu les sons de vieux jeux vidéo !

Son plumage assez uniforme n’aide pas à son identification, d’autant qu’il aime rester bien à l’abri du couvert végétal : brun sur le dessus, crème en dessous et la queue plus rousse il ne se laisse observer longuement qu’en début de saison, lorsqu’il arrive et que les feuillages sont encore éparses. Avec environ 15 à 16 cm de long et pesant de 20 à 25 g, il a la corpulence d’un Rouge-gorge familier.

Habitat et écologie

Le Rossignol philomèle est un adepte des buissons, friches arbustives, taillis, bois ou bosquets à sous-bois denses et fournis. Le « fouillis » végétal est son domaine, lui offrant un couvert protecteur. Il revient de ses quartiers d’hiver (Afrique tropicale) vers le début avril et commence sa nidification avec une certaine fidélité au site. La femelle construit un nid de feuilles et d’herbes sèches dans un buisson au ras du sol. Elle y pond 4 à 5 œufs qui éclosent au bout de 2 semaines. Les jeunes acquièrent leur plumage définitif à l’âge de 10 jours et leur indépendance à un mois. Une deuxième ponte est fréquente. Le Rossignol philomèle se nourrit d’insectes et invertébrés qu’il trouve au sol ou dans les feuillages bas, plus exceptionnellement de baies. Vers la fin août, les oiseaux entament la migration postnuptial pour gagner leurs quartiers d’hivernage.

Répartition en Midi-Pyrénées

Commun, le Rossignol philomèle est présent partout en Europe, (sauf au nord et à l’est où il est remplacé par son cousin le Rossignol progné). En France, ses effectifs sont estimés entre 500 000 et 1 million d’individus. En Midi-Pyrénées, on le rencontre très largement dès le printemps, excepté en altitude, au-dessus de 1000m et dans les zones à pluviométrie élevée.

Menaces

En Midi-Pyrénées, les effectifs semblent stables, notamment grâce à la présence d’habitats favorables. Toutefois, par secteur, la raréfaction des haies et l’intensification agricole (débroussaillage, monoculture, pesticides) montrent un impact réel sur des noyaux de population. S’il n’y a que peu de risque de voir cette espèce disparaître pour l’instant de notre région, elle n’en demeure pas moins un symbole fort de la « biodiversité commune » à laquelle il convient tout autant de prêter attention.

Fiche rédigée par Danielle et René Peltier

Galerie...