Signature d’une charte à Balma (31)

Un havre de paix pour la Chevêche d’Athéna

Jean-François Rouffet, propriétaire à Balma à la chance d’accueillir depuis quelques années un couple de Chevêche d’Athéna dans sa propriété. L’objectif de la charte a été de préserver le site de nidification de cette espèce fragile et en déclin. En parallèle de cette action, les habitants présents dans la périphérie, ont été invité à cette soirée afin de les sensibiliser à cette action, et éventuellement de signer une autre charte suivant les espèces présentes et les possibilités de chacun.

Qui ?

Jean-François Rouffet, propriétaire et Nature Midi-Pyrénées

Le contexte

Espèce classée vulnérable dans la liste rouge de Midi-Pyrénées, la Chevêche est très localisée sur la région, avec des noyaux de population à certains endroits et absentes sur d’autres. Dans un contexte fortement urbanisé, dans la ceinture Toulousaine, l’espèce perd du terrain au détriment des aménagements divers et variés, des constructions et lotissements. Sa préservation dans ces endroits fragilisés est devenue très urgente. La Chevêche possède quand même un atout, certes fragile, mais on s’est aperçu lors des inventaires sur cette espèce, d’une certaine adaptabilité par rapport au milieu. Sa nidification par exemple sur Balma sous les tuiles d’un toit montre cette adaptation qui est ponctuelle et locale, mais néanmoins permet à l’espèce de « survivre ». Son habitat d’origine, le vieil arbre à cavités disparaît de plus en plus, et sans cette adaptation, elle disparaîtrait. A priori, sa présence à cet endroit n’est pas la seule, puisque d’autres propriétaires qui sont venus à la soirée lors signature de la charte, possèdent aussi des couples de chevêches. Il existe donc un noyau de populations sur ce secteur qui fera l’objet, dans un second temps, d’une autre charte avec l’ensemble des propriétaires.

Agir !

Cette espèce est bio-indicatrice d’un habitat encore dans un certain état de conservation. Cela se traduit par des éléments paysagers encore en place (haies, prairies,…) et d’une ressource alimentaire (insectes, micromammifères…) suffisantes pour nourrir plusieurs couples de cette espèce. L’objectif principal est de maintenir à la fois le site de nidification, d’éviter les dérangements, donc de tenir compte de l’espèce lors par exemple de travaux d’entretien du toit ou de toutes autres interventions. Cette action est le départ d’autres qui se feront avec les autres propriétaires du secteur. Il est important que cette action ne soit pas isolée et puisse tenir compte des autres sites où l’espèce est présente, qui formera une entité permettant à l’espèce de se maintenir et de prospérer.

Lors de la soirée du 13 février 2015 chez Jean-François Rouffet, plusieurs panneaux de l’exposition ont été présentés, un diaporama sur la biologie et la reconnaissance des rapaces a été projeté à cette occasion. La charte a ensuite été signée autour d’un apéro très convivial.

PDF - 775.1 ko
Charte d’engagement