Signature d’une charte à Fontenilles (31)

Les rapaces, ambassadeurs des espaces agricoles traditionnels

L’agriculture peut aussi être une alliée de la protection des rapaces pour peu qu’elle s’appuie sur une prise en compte réelle des écosystèmes environnants dans l’aménagement et les pratiques mises en place. P. Kirchner, agriculteur (élevage ovin) a souhaité contribuer activement au réseau "Agir ensemble pour les rapaces" et être accompagné par Nature Midi-Pyrénées dans ses démarches.

Qui ? Patrick Kirchner, agriculteur à Fontenilles (31) et Nature Midi-Pyrénées

Le contexte A la limite de la Haute-Garonne et du Gers, les territoires ruraux connaissent un développement important avec la mutation d’espaces agricoles en zones de nouvelles habitations. L’étalement urbain consomme rapidement des secteurs où se maintenaient des milieux bocagers. Ces habitats, de par les possibilités de nidification et la diversité de proies qu’ils hébergent constituent des milieux particulièrement appréciés de plusieurs espèces de rapaces. Dans la réflexion et l’action pour préserver ces secteurs, les agriculteurs sont des interlocuteurs indispensables, étroitement liés au terrain et conditionnant, par leurs interventions, le maintien ou non d’une diversité de flore et de faune. La gestion forestière est par ailleurs un facteur d’impact potentiel sur les espèces selon qu’elle laisse plus ou moins de place à la naturalité des boisements et peuplements végétaux. Dans un contexte bocager, les zones de bois et bosquet représentent des réservoirs cruciaux permettant la nidification de rapaces parfois communs (Buse variable, Epervier d’Europe, Bondrée apivore) ou plus rares (Faucon hobereau, Autour des palombes, Aigle botté). L’exploitation de M. Kirchner constitue une zone très riche et attractive car elle se compose d’une mosaïque d’habitats/micro-habitats : prairies de pâturages ovins, réseau de haies champêtres, ruisseau, bois, bâti agricole, chemins boisés, mare. L’engagement d’un propriétaire agricole représente ainsi un atout majeur dans le cadre de la démarche « Agir ensemble pour les rapaces » tant par les possibilités de préservation d’espaces qu’il peut engager que par l’aspect pédagogique et démonstratif d’un programme qui ne se limite pas à un type d’acteur mais qui concerne bien une large palette de personnes et de profils.

Agir

Afin de cibler plus précisément un secteur apparaissant prioritaire et de prioriser l’action à mener, la réflexion commune avec le propriétaire a permis de faire émerger la possibilité d’assoir la préservation de l’espace boisé (7 Hectares) présent sur la propriété et surtout, favoriser son intérêt pour les rapaces. Buse variable et Épervier d’Europe ont pu y être observés mais l’idéal serait de prouver la nidification d’au moins une espèce sur site. Le bois n’en reste pas moins d’un intérêt certain pour les rapaces. L’engagement porte donc sur une absence d’intervention sur le bois entre les mois de mars et de septembre (période de nidification pour la majorité des espèces concernées). Par ailleurs un diagnostic plus fin de la propriété sera effectué en 2014 avec une entrée « rapaces » afin d’évaluer les intérêts majeurs et possibilités d’actions pour renforcer voire développer l’attractivité du site. Une approche « sensibilisation » est également prévue à l’issue de ce diagnostic à travers la création d’un panneau présentant les rapaces observables sur la propriétés et les liens avec la gestion de ces espaces. Ce panneau sera installé dans un espace de vente directe sur la propriété, permettant de sensibiliser la clientèle et à rapprocher les questions de consommation locale, de maintien d’une agriculture périurbaine traditionnelle et de la préservation de la biodiversité.

PDF - 827.4 ko
Charte d’engagement