Sivens : un projet exemplaire... du mépris de la Préfète envers les experts et les citoyens

Nous relayons ici le communiqué de presse du « Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet », paru suite aux déclarations de la Préfete du Tarn à l’occasion des expulsions le 16 mai dernier, des militants du Collectif « Tant qu’il y aura des bouilles ».

Une déclaration déconnectée des réalités pointées par les scientifiques

Le communiqué s’étonne d’une déclaration de la Préfète du Tarn, qui a déclaré que le barrage de Sivens est un « projet environnemental exemplaire », ce qui amène le collectif à se demander si « les propos de la Préfète, infondés scientifiquement, seraient (…) plus légitimes que les rapports d’analyses sur les espèces protégées effectués par des experts scientifiques reconnus ? »

En effet, ces propos sont en opposition totale avec les avis scientifiques du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) et ceux des experts du Conseil National de Protection de la Nature (CNPN), nommés par l’Etat. Ceux-ci ont rendu des avis défavorables à la destruction de la zone humide du Testet (le CSRPN en décembre 2012 et le CNPN en avril et en septembre 201) en raison de nombreuses insuffisances du dossier, notamment sur les inventaires faunistiques et les mesures d’évitement, de réduction ou de compensation, qualifiées d’« irréalisables, inadéquates ou très hypothétiques ».

Le collectif pointe une exemplarité… concernant le déni de démocratie

Certains avis et rapports fondateurs sur le projet ont été cachés au public. C’est le cas de l’avis de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA) qui a souligné que « les mesures de correction et de compensation envisagées ne garantissent pas le maintien en bon état de conservation de l’ensemble des groupes d’espèces précités et impactés par le projet » et que « le maintien du bon état chimique et écologique de l’eau en aval immédiat de la retenue ne semble pas garanti ». Ce qui est bien dommage pour un « projet environnemental exemplaire », pour lequel la Préfète ne respecte pas l’avis de la Commission d’enquêtes publiques qui conditionne les déclarations d’intérêt général et d’utilité publique à l’avis favorable du CNPN…

Ce qui serait vraiment exemplaire, et pourrait empêcher de nouvelles occupations illégales, « ce serait que la Préfète du Tarn favorise l’abandon du projet de barrage de Sivens pour agir en cohérence avec le beau discours du Président de la République à l’occasion de la Conférence environnementale en septembre 2012 : « Préserver la biodiversité, c’est limiter l’artificialisation des sols, c’est encourager le développement d’un nouveau modèle agricole, plus respectueux de l’environnement qui réduise l’usage des pesticides, protège les ressources en eau »… »

Retrouvez le communiqué dans son intégralité sur le site du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du TESTET